10 minutes 2 ans

Arn Tellem – Ed Stefanski – Troy Weaver – Dwane Casey. Voici le visage de la reconstruction à Detroit. Un chantier dantesque placé entre les mains de ces hommes pour le plus grand bonheur de Tom Gores.

Dans un communiqué officiel publié sur le site des Pistons, le propriétaire des Pistons Tom Gores se montrait déjà très ravi par la signature de Troy Weaver. Il se félicitait même d’avoir pu attirer un dirigeant aussi prometteur et demandé depuis plusieurs années :

« Troy Weaver est un dirigeant exceptionnel avec une expérience incroyable pour identifier et développer les talents. En parlant avec lui, il a les compétences et le tempérament pour diriger, mais aussi la confiance et la créativité pour travailler en collaboration avec les autres. Nous sommes contents qu’il prenne les rênes des Pistons en tant que manager à ce moment important de notre histoire. Ed Stefanski et l’équipe a fait un travail excellent pour créer une flexibilité pour notre roster et établir une direction claire. Troy vient nous aider à passer au niveau suivant »

Depuis le départ de Stan Van Gundy et Jeff Bower, le destin des Pistons avait été confié à Ed Stefanski dans un rôle de senior advisor, c’est-à-dire de conseiller principal chargé des opérations de basket et de la restructuration financière. Accompagné de trois/quatre assistants, Stefanski travaillait sans general manager en place jusqu’à aujourd’hui.

Arrivé à Detroit la semaine dernière, Troy Weaver semblait être le choix le plus logique pour aider la reconstruction selon Tom Gores, propriétaire de la franchise. Après douze années à travailler avec Sam Presti à Oklahoma City, son expérience en tant que scout, vice-président ou directeur du développement a tapé dans l’œil des Pistons :

« Il avait tous les antécédents et éléments sur son CV pour rendre ce choix logique. Nous avions déjà essayé de parler à Troy il y a quelques années et Oklahoma City n’était pas tout à fait prêt à le laisser partir, alors il est dans notre radar depuis un certain temps. Ed (Stefanski) est venu et a fait un excellent travail pour stabiliser notre front office et nettoyer certaines choses. Nous avons juste senti qu’il était temps de grandir en allant simplement chercher le meilleur disponible. Nous avons un excellent coach. Dwane (Casey) et Troy ont une excellente relation qu’ils ont construite. »

Durant la transition de projet (2018-2020), Ed Stefanski et son staff ont su maintenir les Pistons à flot, naviguant avec un salary cap très lourd mais en parvenant à rester sous la Luxury Tax. Ils ont également ajouté quelques jeunes pièces au projet par le biais de trades judicieux pour renforcer la jeunesse de leur roster.

Néanmoins, Tom Gores a jugé en accord avec Ed Stefanski et Arn Tellem qu’il était temps après deux années de transition, d’accueillir un nouveau manager capable de donner un coup de fouet à la reconstruction :

« Nous avons parlé de ce dont nous avions besoin et nous avons tous senti que nous devions acquérir cette dernière pièce, quelqu’un qui comprend, qui est sur le terrain – pour chaque joueur, pour chaque opportunié. Avec une Draft à venir, nous avons vraiment senti que nous étions devenus un lieu attractif et nous devions avoir la meilleure équipe de dirigeants en place. Heureusement, nous avons eu Troy. »

La synergie entre Weaver et Casey ne sera que l’une des connexions clefs sur lesquelles le front office va se développer. Depuis mai 2018, la stratégie de Gores a été bâtie avec l’idée d’une collaboration entre les grands acteurs de la direction : le senior advisor Ed Stefanski, le vice-président Arn Tellem, le coach Dwane Casey ainsi que leurs assistants.

En nommant Troy Weaver, le propriétaire des Pistons souhaite qu’il s’intègre dans la structure existante en utilisant son expérience et ses qualités sur le scouting et le développement. Travailler avec les autres éléments clefs permettra de solidifier le projet et de s’assurer que tout le monde va dans la même direction :

« Il y aura un solide front office à venir et c’est pourquoi je fais confiance à l’intelligence de Troy pour tirer parti des ressources. Nous allons tout régler en détail prochainement. Troy, Ed et Dwane travailleront ensemble au quotidien. Mais Troy aura de grosses responsabilités – et même plus élevées que la normale car il a beaucoup à apprendre. »

Interviewé à distance à ce sujet, Tom Gores reste optimiste quant au fonctionnement collaboratif de son front office. Il est vrai que la nomination de Troy Weaver aurait pu faire grincer les dents de certains dirigeants en place depuis deux ans. Mais le milliardaire a confiance en Stefanski et Tellem pour travailler avec le nouveau GM :

« Ils avaient tous des raisons de ne pas aimer cela, car nous ramenons une personne très puissante. Troy aura beaucoup de responsabilités et de pouvoir dans cette équipe. Je suis vraiment très heureux de savoir qu’il va tirer parti de toutes les ressources, mais en fin de compte, je pense que Troy travaillera avec Ed et le coach au quotidien. Si les choses se compliquent, alors il faudra que Arn et moi-même, évidemment, intervenions »

Les premiers tests de cette structure seront la Draft et la Free Agency, où les Pistons pourraient bien faire sensation avec un choix potentiellement parmi les cinq premiers et une enveloppe de +30.0 millions de dollars disponibles sur le marché.

En plus de diriger le front office, Troy Weaver aura également une décision à prendre en ajoutant au moins un assistant GM à ses côtés, après le départ de Malik Rose qui a rejoint la direction de Adam Silver à New York la semaine dernière en tant que vice-président des opérations de basket-ball.

source image : Crain’s Detroit Business

Laisser un commentaire