9 minutes 2 ans

Le nouveau GM de Detroit Troy Weaver débarque dans le Michigan et devra collaborer avec le vice-président Arn Tellem qu’il connait déjà depuis 1990. Une relation créée dans les couloirs privés de la ligue.

Interviewé à la radio WXYT-FM 97.1 dans l’émission « The Jamie and Stoney Show », Arn Tellem a expliqué pourquoi il croyait énormément en cette nomination. Avec Weaver aux commandes, le vice-président de Detroit se montre confiant concernant les échéances à venir pour la franchise :

« Pouvoir signer Troy, l’un des meilleurs en matière d’évaluation de talents de toute la NBA, est une occasion qui renforce notre excellente direction déjà en place. Et au moment où nous entamons cette reconstruction, l’objectif sera en grande partie de préparer la Draft et d’identifier les free agents, les jeunes espoirs et les meilleures prospects possibles qui pourraient s’adapter au système du coach Casey afin de construire et grandir avec eux. »

Comme Tom Gores l’a déjà mentionné, la clef de cette reconstruction sera la collaboration entre les éléments de la direction : le quatuor Tellem – Stefanski – Weaver – Casey doivent apprendre à travailler ensemble. Mais pas d’inquiétude pour Arn Tellem qui juge l’arrivée de l’ancien bras droit de Presti comme positive pour l’avenir :

« C’est une excellente opportunité de pouvoir acquérir Troy. Il représente un très bon ajustement pour nous et il sera un excellent ajout à ce que nous avons déjà construit ici avec Ed (Stefanski) depuis deux ans. Je pense que c’est une grande arrivée qui va nous aider à diriger la franchise afin de nous faire passer au niveau suivant. »

Ancien agent de sports US très puissant du cabinet Wasserman And Co, Arn Tellem a eu durant sa carrière de grands joueurs comme clients – tels que les frères Gasol, Tracy McGrady, LaMarcus Aldridge, Joe Johnson, Joel Embiid, Derrick Rose mais surtout Russell Westbrook qu’il a représenté dès ses premiers jours à UCLA.

Choisi à la quatrième position en 2008 par le Thunder, le MVP 2017 ne jouissait pas d’une côte élevée à l’approche de la Draft. Considéré avant tout comme un simple pitbull défensif, de nombreux spécialistes ne croyaient pas en la capacité de Westbrook à jouer meneur de jeu.

Cependant, Tellem se souvient du rôle que Weaver avait joué dans le processus de recherches et d’analyses. Il avait fait le forcing auprès de Sam Presti pour que le Thunder jette son dévolu sur Westbrook avec le quatrième choix :

« Weaver pensait que son esprit de compétition et ses capacités athlétiques incroyables feraient de lui l’un des plus grands. Je me souviens que tout le monde mettait Russell Westbrook à la fin du premier tour dans les mocks. C’était une grosse Draft, une Draft historique. Il a identifié très tôt son potentiel. Il l’a observé dans notre gymnase à Santa Monica où il travaillait avec Derrick Rose et s’était engagé envers lui de le sélectionner avec leur pick s’il était encore disponible. »

Autre joueur marquant d’OKC représenté à l’époque par Arn Tellem : le pivot Steven Adams. Même constat ici, peu de franchises NBA se montraient prêtes en 2013 à sélectionner et développer l’intérieur néo-zélandais. Pourtant, Troy Weaver n’a pas eu peur de tenter le pari avec le treizième choix :

« Tout le monde croyait qu’il allait être pris au second tour. Mais Weaver l’avait placé très haut dans ses pronos. Je pense qu’ils l’ont choisi en 11e ou 12e position cette année-là. Il était présent à la loterie et avait fait part de son intérêt avant tout le monde. Il était sûr qu’il allait être lottery pick. J’ai vraiment été étonné qu’ils parlent de Russell et Steven de cette manière parce que tout le monde en NBA pensait l’inverse de Troy. »

Une reconstruction se perfectionne au fil des saisons et demande donc logiquement une constance, une régularité dans la philosophie pour que le projet puisse évoluer de la meilleure des manières. La Draft est une chose mais il faut savoir conserver ses pépites.

Arn Tellem se rappelle bien de l’immense travail abattu en 2018 par Weaver pour que Paul George puisse prolonger au max à Oklahoma. Tout le monde l’envoyait en Californie mais il a su le conserver en s’assurant un an plus tard une grande contrepartie dans le trade avec les Clippers :

« C’est un grand communicant impliqué et charismatique, il a vraiment joué un rôle important à Oklahoma City quand ils ont prolongé Paul George. Il vivait quasiment avec lui à Los Angeles jusqu’au moment où ils l’ont signé il y a quelques années. Je pense qu’il va être très bien à Detroit. Je le crois vraiment. »

Comme le Thunder, les Pistons représentent une franchise peu attractive et ont généralement eu du mal à attirer des free agents de renoms. Ils s’appuieront donc en grande partie sur la Draft et le marché des trades pour reconstruire leur roster.

Avec un prochain pick élevé et une flexibilité financière importante cet été, les Pistons offrent à Weaver la possibilité d’utiliser des ressources capitales pour remettre l’organisation sur la bonne voie. 

source image : Kirthmon F. Dozier, Detroit Free Press

 

Laisser un commentaire