8 minutes 2 ans

Malgré plus de 40% de chance de figurer dans les quatre premiers choix de la prochaine cuvée, les Detroit Pistons ne sélectionneront qu’à la septième position de la Draft.

En quatorze apparitions à la loterie, les Pistons n’ont jamais gagné de places et n’ont également jamais obtenu le premier choix. Un exercice qui se traduit très souvent par un échec pour la franchise du Michigan. Encore cette année, avec le cinquième pire bilan de la ligue, tout le monde s’attendait à un coup du destin, une bonne étoile qui aurait accéléré la reconstruction, mais il n’en fut rien.

Interviewé par les médias locaux, le nouveau general manager de Detroit Troy Weaver se montre optimiste quant aux chances de décrocher un bon joueur, malgré cette chute de quelques places à la Draft. Ce n’est pas le résultat souhaité pour Detroit. Mais ce n’est pas non plus le pire résultat, et Weaver a hâte de continuer à analyser, faire ses recherches et trouver le meilleur joueur disponible à cette position. :

« Sept est un bon chiffre. Sans être trop biblique, c’est un chiffre important dans la Bible, qui a une bonne signification. J’espère que le septième choix nous apportera également une bonne chance. Nous allons continuer à faire notre travail pour le projet, en examinant chaque perspective, chaque scénario dans le but d’arriver à une décision complète quand ce sera notre tour. »

L’objectif de Weaver sera d’en tirer le meilleur parti en trouvant un joueur d’impact qui pourra aider à façonner la reconstruction. Il dispose désormais de deux mois pour travailler et la loterie a été l’un des premiers dominos majeurs à tomber durant son mandat.

« Nous sommes ravis de cette opportunité et nous ferons la maximum. J’espère que les choses iront dans notre sens et comme je l’ai dit, nous ne voulons pas chercher des excuses avec cette loterie. Je ne veux pas que tout le monde commence à me parler de malheur ou de malédiction. Ce n’est pas dans notre ADN de nous plaindre. Nous ne voulons pas d’une construction ainsi. Nous allons de l’avant avec ce septième choix. »

Si sur le papier cette Draft ne possède pas un potentiel historique, il en demeure pas moins vrai que certains prospects restent intrigants s’ils tombent dans un bon environnement où leur développement respecterait une suite logique. Selon le GM des Pistons, la cuvée 2020 possède au moins une profondeur de quinze joueurs intéressants capables d’exploser en NBA.

« Je pense que cette Draft a une profondeur d’environ 14 ou 15 gros prospects. Nous ne prendrons pas de simples joueurs, mais des personnes. Nous nous en tiendrons à cela et nous serons disciplinés. J’ai l’impression que vous pouvez avoir un joueur de même qualité entre 3 et 13, alors j’espère que nous aurons la chance d’avoir quelqu’un de cette stature avec le septième choix. »

Cette Draft possède un grand nombre de meneurs. Si le front office des Pistons a déjà affirmé vouloir le « meilleur joueur disponible », à défaut de choisir un joueur pour un poste précis, un profil de jeune meneur comblerait les deux besoins de Detroit : un gros potentiel à développer et un meneur capable de rentrer dans la rotation.

« Vu notre état actuel, nous devons continuer à étudier le tableau et simplement prendre le meilleur disponible; nous ne sommes pas en mesure de choisir simplement un poste. Nous allons tout regarder. Bien sûr, la position entre en jeu, mais nous avons beaucoup trop de manques pour réfléchir comme ça et nous n’en sommes pas encore tout à fait là. »

Avec l’incertitude concernant le plafond salarial en raison de la crise financière causée par la pandémie de la COVID-19 et de l’effet que cela pourrait avoir sur les front offices, certains pourraient chercher à échanger leur premier tour dans le but de retirer du salaire garanti pour la saison prochaine. D’autres chercheront aussi à créer plus d’espace dans leur cap pour les free agencies suivantes notamment celle de 2021.

« Je pense que les équipes chercheront certainement à explorer ces options en raison de contraintes financières. C’est juste le climat de la NBA et ce qui nous attend. Certaines équipes pourraient chercher à se dégager de ses choix en raison de problèmes financiers »

Même si Detroit s’attendait à un pick un peu plus haut après cette saison désastreuse, il ne faut pas cracher dans la soupe car ce septième choix reste capital dans le projet de reconstruction et le front office de Troy Weaver devra travailler d’arrache-pied pour prendre les meilleures décisions possibles lors de la soirée de la Draft en octobre prochain.

source image : NBA TV

Une réflexion sur “ Troy Weaver ne veut pas parler de malédiction

  1. J’aime vraiment l’état d’esprit ! Certes, perdre 2 places n’est pas une bonne nouvelle mais il a raison, on pleurniche pas à Detroit!
    Allons de l’avant, soyons intelligent,malin et prévoyant.
    On a la draft, la FA, nos jeunes et un aperçu des prospects 2021 qui s’annonce très riche.
    J’ai confiance au projet.
    Merci pour cet article 🙏

Laisser un commentaire