6 minutes 2 ans

Pendant que quatre franchises bataillent pour accéder aux finales NBA à Orlando, les autres équipes ont d’ores et déjà entamé leur travail d’inter-saison pour l’année prochaine.

Interrogé par le Detroit News lors de son retour dans le Michigan pour la reprise de l’entraînement collectif, Bruce Brown est revenu sur ces quatre-cinq derniers mois vécus loin du monde de la balle orange. S’entraîner, c’est important mais se ressourcer et se reposer également. L’arrière de Detroit en a profité pour retrouver le calme des forêts et des lacs du New Hampshire, aux côtés de ses proches :

Je pense que le break m’a fait du bien honnêtement, le fait de m’éloigner du basket un peu pour me ressourcer. Je suis parti pendant deux semaines à New Hampshire. J’étais au bord du lac Winnipesaukee, donc c’était super pour moi. Le plus difficile a été de ne pas m’entraîner. C’était difficile, mais je pense que m’en éloigner un peu a été formidable pour moi. Et maintenant, être de retour est incroyable.

Après une saison rookie étonnante, le pitbull des Pistons a continué sur cette bonne voie pour sa deuxième année en NBA, en améliorant ses statistiques mais également son impact pur. En nette progression à 3-pts (passant de 26% à 34%), il a également été capable de dépanner au poste de meneur en orchestrant proprement le jeu offensif de Detroit.

Véritable coeur et âme du projet jeunesse et reconstruction des Pistons, Bruce Brown sait qu’il doit continuer à travailler notamment sur le shooting tout en solidifiant sa très bonne panoplie défensive. Son coach Dwane Casey a récemment dévoilé l’idée de l’aligner sur certaines séquences au poste 3, ce qui ne déplaît pas au principal concerné :

Vraiment, c’est la même chose, il suffit d’en tirer profit, principalement pendant l’intersaison, puis de continuer à travailler. Je ne suis qu’un basketteur – mettez-moi simplement sur le parquet et je jouerai. Peu m’importe où. Je peux même jouer ailier-fort ou pivot. Cela ne me dérange pas vraiment, tant que je suis sur le parquet, je peux aider cette équipe.

Si la saison dernière fut désastreuse pour la franchise du Michigan (bilan de 20-46), une belle et prometteuse amitié est née avec Bruce Brown et Sekou Doumbouya. Les nouveaux meilleurs amis au monde ne se lâchent plus et semblent très proches sur et en dehors des parquets. Au centre de nombreuses critiques liées à son attitude, Sekou Doumbouya reste le plus gros potentiel des Pistons et son ami Bruce est parti au front le défendre :

Il bosse dur. Il a quelque chose à prouver cet été, il arrive avec la volonté de faire ses preuves. Il travaille dur sur son jeu, à la fois son jeu intérieur mais aussi sur son jeu extérieur. Il bosse vraiment beaucoup et cela va être une bonne année pour lui 

Avec plus de maturité et de responsabilités, l’ancien pensionnaire de l’université de Miami sera à surveiller de près l’année prochaine. En tout cas, Casey fait de lui l’une des pierres angulaires de sa reconstruction et de son playbook.

source image : AP

Laisser un commentaire