10 minutes 2 ans

Les entretiens avec les prospects de la prochaine Draft se poursuivent depuis quelques jours et c’est au tour de Tyrese Haliburton de défier les presses locales.

Un intérêt mutuel avec Detroit

A l’heure actuelle les Pistons n’ont qu’un seul point guard sous contrat pour la saison prochaine – qui devrait vraisemblablement débuter en janvier prochain – en la personne de Derrick Rose. Il y a quelques mois, le coach Casey rappelait l’importance pour la franchise de trouver un nouveau meneur par la Draft ou la Free Agency.

Interviewé par la presse du Michigan présente dans la conférence à distance, Tyrese Haliburton s’est montré très ouvert à l’idée de rejoindre les Pistons dans les prochains mois si la direction de Troy Weaver venait à le sélectionner le 18 novembre :

J’ai parlé avec Detroit et je pense que je m’y intègrerais très bien aussi. Pouvoir apprendre avec des gars comme Derrick Rose et Blake Griffin – deux joueurs qui ont joué à un haut niveau très jeune, serait énorme surtout pour un jeune comme moi, Ils savent ce qu’il faut faire et ils ont aussi une belle ossature de jeunes.

En deux saisons avec les Cyclones de l’Iowa State, Haliburton tournait la saison dernière à : 15,2 points, 6,5 passes décisives et 5,9 rebonds avec 42% sur 3 points lors de ses 22 matchs joués.

En quête d’un meneur pour leur projet de reconstruction, le meneur de 20 ans cocherait effectivement de nombreuses cases que les Pistons ont listé comme besoins, afin d’entamer leur nouveau projet dans les meilleures conditions :

Je me sentirais prêt à y aller. Je suis plus que jamais un gars du Midwest, donc être à Detroit ne serait pas un problème pour moi et je pense vraiment que le fit serait excellent.

Même constat qu’avec Killian Hayes, la situation semble excellente sur le papier pour Tyrese Haliburton : une franchise sans pression des résultats ou des médias qui est en pleine reconstruction et à la recherche de son meneur d’avenir. Cela sonne comme un environnement idéal.

Le profil idéal pour Troy Weaver

Dès ses premiers jours dans les bureaux, le nouveau GM de Detroit Troy Weaver a insisté sur l’importance de sélectionner, pas seulement des joueurs mais également des attitudes exemplaires. Comme Hayes, la communication et le comportement de Haliburton ont souvent été encensés. Et cela s’est ressenti lors de cette conférence de presse où le jeune joueur affichait un calme, une maturité et une certaine intelligence dans ses réponses.

Autre point capital : l’adaptation au système NBA. Interrogé à ce sujet, il précise être prêt à accepter et exceller dans tout type de rôle. Une polyvalence qui pourrait plaire à Weaver :

Je m’attends à recevoir un rôle précis et à exceller dans celui-ci, peu importe lequel et où, je serai prêt. J’ai travaillé sur beaucoup de choses différentes et je me prépare à faire tout ce que l’on me demandera. Quoi qu’il en soit, je suis entièrement préparé à cela.

Selon de nombreux experts, cette classe 2020 est loin d’être la plus excitante et manquerait d’un réel futur « grand » joueur à l’image d’un Zion Williamson. Mais Tyrese Haliburton ne comprend pas ces remarques et promet une Draft surprenante :

Je ne comprends pas pourquoi les gens agissent comme si chaque classe comptait cinq All-Stars, cinq Hall-of-Famers. J’ai du mal à comprendre cela. Je pense que nous avons beaucoup de mecs qui vont s’éclater en NBA. C’est difficile à dire pour le moment, mais j’espère que nous pourrons en reparler dans quelques années. Je pense que cette cuvée est beaucoup plus forte que les gens ne le croient.

Maturité, intelligence, sérénité… Haliburton possède des qualités extra-basket que Weaver affectionne énormément. Voilà ce qui pourrait faire de lui une priorité absolue.

Un shoot en travaux ?

Il y a beaucoup de débats parmi les observateurs au sujet de son poste idéal en NBA. Il était avant tout combo guard dans sa saison freshman, avant de devenir le meneur titulaire lors de sa deuxième année. Il est considéré comme l’un des meilleurs passeurs de la cuvée et possède une taille supérieure (1m96) à la moyenne pour son poste. Mais sa forme de tir peu orthodoxe et son manque d’athlétisme ont soulevé quelques inquiétudes quant à sa transition en NBA.

En revanche, Haliburton préfère rejeter ces critiques qu’il juge excessives. Les pourcentages vont en effet dans son sens mais son geste reste assez étrange, ce qui effraie certains analystes :

Je pense que ces critiques sont tellement exagérées sur ma mécanique et ma gamme parce que les films et les chiffres ne mentent pas. Revenez en arrière et regardez mes années de fac, je pense que j’ai très bien shooté ces deux dernières années.

Et le meneur compte bien prouver qu’il a travaillé, progressé et que son shoot est loin d’être un problème :

Si les gens me regardent et me connaissent, ils savent que la distance n’est pas un problème pour moi. Après si c’est une chose dont les gens veulent parler dans la presse, alors allez-y, mais nous verrons bien.

Avec Killian Hayes, Tyrese Haliburton est la deuxième cible à surveiller côté Detroit. Les Pistons l’ont d’ailleurs rencontré à plusieurs reprises. Gros bosseur intelligent, meneur au profil atypique, il serait un rookie intéressant.

source image : AP

Laisser un commentaire