6 minutes 2 ans

Après une pige à Ulm en Allemagne, Killian Hayes s’est préparé à la Draft NBA avec Will Bynum, l’ancien petit meneur des Pistons qui lui promet un avenir radieux.

Une relation qui date de plusieurs années

Au cours de sa carrière, Will The Thril a pas mal voyagé dans sa carrière après le Michigan, que ce soit en G-League, au Maccabi Tel Aviv, en Chine et même en BIG3. Maintenant reconverti dans le business des préparateurs physiques au sein de l’agence Independent Sports & Entertainment, il a rapidement été envoyé au service international. C’est dans cet environnement qu’il a rencontré (avec Joe Dumars) Killian Hayes, lorsqu’il n’était encore qu’en Pro A au Cholet Basket :

« C’était pendant le camp de pré-draft, On m’a parlé d’un gamin de 16 ou 17 ans qui était vraiment très bon. J’ai commencé a regarder des vidéos avant qu’il arrive a Los Angeles, où l’on a fait des workouts. Plus je voyais de vidéos et plus j’obtenais de retours sur ces vidéos, plus ce que je voyais était de bonnes choses »

Néanmoins à cause de la crise sanitaire liée à la Covid-19, Bynum et Hayes ne peuvent plus travailler ensemble mais ils continuent de communiquer quotidiennement pour préparer la Draft. L’ancien joueur a été très impressionné par l’attitude et la maturité du jeune prospect. Il se permet même une grosse comparaison en raison de son éducation full basket grâce à son papa DeRon, ancien joueur pro.

« J’adore Killian. C’est un super gamin, il a baigné dans le basket. Il est comme un Kobe Bryant qui a grandi en Italie et qui a grandi dans le basket parce que son père jouait à haut niveau. Le fait qu’il ait grandi dans ce milieu le rend un peu différent. Quand on compare, du point de vue mental, il a une formation similaire à celle de Kobe. On peut déjà voir que sa progression et son évolution seront facilitées par cette éducation. »

Une expérience acquise en Allemagne

Désireux d’avoir une autre expérience que celle de son club formateur, Killian est parti à Ulm en Allemagne, où il a réalisé une saison solide avec 13 points et 6 passes de moyenne en EuroCup. Un poil irrégulier certes mais toujours sérieux et motivé pour progresser dans cette compétition rude. Avec une panoplie déjà bien profonde, Hayes affiche un potentiel à ne pas négliger :

« Ses déplacements latéraux sont très bons. Ses mains sont rapides. Et il a la patience suffisante pour défendre contre des très bon joueurs offensifs. Ses lectures sur le pick and roll sont déjà très bonnes et il va continuer à s’améliorer une fois qu’il pourra jouer sur les terrains plus larges et plus grands de NBA. Il va aussi se frotter avec des joueurs plus athlétiques, ce qui va le rendre meilleur également. Grâce a ma carrière européenne, je comprends mieux sa mentalité et son jeu. »

D’après son agent, Hayes a rencontré une douzaine de franchises dont Detroit qui s’est montré parmi les plus intéressées. Il représente un prospect qui pourrait très bien correspondre au projet en place dans le Michigan en complément de l’un de ses meilleurs amis Sekou Doumbouya.

source image : NBA

Laisser un commentaire