Site icon Daily Motown

Khyri Thomas a marqué les esprits dans la bulle des Pistons

Publicités

Les Pistons auront des décisions majeures à prendre pour la première off-season de Troy Weaver en tant que general manager. Et l’avenir de Khyri Thomas en fait partie, lui qui n’a pas de contrat garanti pour l’année à suivre.

Un démarrage difficile

Sélectionné à la 38ème choix de la draft 2019, Khyri Thomas a été freiné par les blessures, notamment l’année dernière où il a été écarté des terrains pendant 4 mois, revenu deux semaines avant l’interruption de la NBA due à la crise sanitaire.

La bulle Pistons organisée du début d’octobre s’annonçait décisive pour Khyri, et tout ce qu’il ait ressorti sur ses performances ne sont que d’éloges et peuvent influencer la décision finale du front office quant à son avenir au sein de l’équipe.

Il était en avance sur Bruce quand il est arrivé ici. Malheureusement, il s’est blessé et Bruce a repris ce poste et ne l’a jamais rendu. En ce moment, ils se disputent ces places et Khyri s’est bien défendu pendant ces trois semaines que l’on a passé ensemble.

Deux fois élu joueur défensif de l’année de le Big East, Thomas a rapidement attiré l’attention de Dwane Casey, tout juste nommé coach des Pistons avant une blessure à l’aine puis aux ischio-jambiers qui l’ont mis sur la touche. Ce qui a permis à Bruce Brown de prendre le dessus dans la hiérarchie durant le premier training camp de leur carrière.

Des qualités intéressantes des deux côtés

La force et la longueur de Thomas sont de très grands atouts pour devenir un défenseur de périmètre polyvalent, profil très demandé en NBA par les coachs. Du côté de l’attaque, Thomas a tout ce qu’il faut pour être un tireur d’élite à 3 points, il a atteint 40% de réussite derrière l’arc au cours de ses trois années à Creighton. De quoi faire réfléchir le coach des Pistons :

C’est un jeune joueur grand aux bras longs. Il peut défendre au large à l’Est. Ce n’est pas un meneur et c’est plus qu’un tireur. Il peut mener la balle, mais ce n’est pas un véritable meneur. Pour gagner dans notre ligue maintenant, vous devez avoir plusieurs joueurs capables de manier le ballon et il peut le faire. Il peut être le deuxième ou troisième joueur de pick&roll sur le terrain quand il a le ballon dans les mains. L’essentiel pour lui est simplement de rester en bonne santé

Brown et Mykhailuik ont commencé à exploser pendant que Thomas s’occupait de ses blessures, mais Khyri semble avoir comblé l’écart pendant le training camp et qui va peut-être faire pencher la décision du nouveau front office dans son camp :

La compétition est bonne pour nous tous, c’est la seule façon pour nous de grandir en équipe, c’est d’avoir de la concurrence à tous les postes. Pour notre jeune équipe à l’avenir, avoir ce type de compétition au quotidien est bon pour nous. Cela aidera tout le monde à progresser.

Ainsi, les prochains mois vont être décisifs pour l’avenir de Khyri dans la franchise. Mais cette bulle organisée à Detroit en petit comité lui a permis de briller et c’est déjà un bon début.

Source image : Getty images

Quitter la version mobile