6 minutes 2 ans

Avec une seule victoire depuis le départ de Andre Drummond, la fin de saison de Detroit a été catastrophique sur un plan chiffré. On s’attendait donc un pick assez élevé mais le nouveau système de Lottery redistribue les cartes et a délivré qu’un septième choix aux Pistons.

Une position assez décevante au vu de la mauvaise saison des Pistons mais un septième choix qui ne doit pas être mis de côté. Certes, la franchise du Michigan aurait pu/dû avoir un bien meilleur ticket dans cette cuvée mais il faut apprendre à relativiser : l’état actuel de l’équipe ne permet pas de faire la fine bouche. Zoom sur les objectifs à moins d’une semaine de la grande soirée.

Une nécessité pour le projet

En pleine reconstruction, n’importe quel jeune joueur avec un potentiel sera accueilli à Detroit comme le Messie. Le seul avantage avec la situation actuelle est qu’il n’y ait aucune pression, aucun objectif élevé alors cela ne sera qu’un bonus, qu’une plus-value. Les Pistons ont un manque si criant de talent que ce futur rookie apportera au moins un minimum d’intérêt dans le projet.

Et si Troy Weaver venait à échanger le pick, alors ce serait très probablement contre des assets utiles sur le moyen ou long terme (picks pour 2021 par exemple). Certes cette septième place apparaît comme un semi regret mais il n’en reste pas moins une nécessité, un atout indispensable pour la première étape du projet.

Une cuvée de meneurs

Avec le départ de Reggie Jackson pour les Clippers à la mi-saison et les nombreuses rumeurs autour de Derrick Rose, les Pistons sont désespérément en quête de leur futur chef d’orchestre, ce joueur capable de mener le projet de reconstruction durant les prochaines années.

Si cette cuvée ne possède à première vue pas d’un talent historique « à la Zion ou Luka », il y a un grand nombre de meneurs de jeu qui pourraient bien intéresser le front office des Pistons afin de booster leur début de projet : LaMelo Ball, Killian Hayes, Kira Lewis, Cole Anthony, Tyrese Haliburton etc. De quoi faire le bonheur de Detroit s’ils venaient à jeter leur dévolu sur un jeune au poste 1.

De nombreuses possibilités

Dernier point à analyser sur ce septième pick : l’étendu des options qui s’offrent aux Pistons le 18 novembre prochain. Posséder un choix Top 10 dans une Draft permet à une franchise d’avoir plus de marge de manœuvre. En effet, Detroit peut décider de choisir un jeune avec le pick 7, de l’échanger pour grimper/descendre dans la Draft ou encore de se débarrasser complètement de ce pick pour en acquérir un autre de 2021 (grosse cuvée en perspective). Tout est possible, rien est à exclure au sujet de cette cuvée qui s’annonce mouvementée car très profonde et homogène.

Vous l’aurez donc compris : Detroit aurait aimé avoir un choix plus haut mais cela ne signifie pas qu’il faut considérer cette septième place comme un poids. Dans la situation actuelle des Pistons, difficile d’imaginer un scénario catastrophique la semaine prochaine

source image : USA Today

Laisser un commentaire