18 minutes 2 ans

Dans une huitaine de jours, l’annuel marché des agents libres ouvrira ses portes. Un rendez-vous toujours très attendu et suivi. Côté Pistons, rien d’excitant à première vue, mais il s’agira pour Troy Weaver de prendre les premières décisions d’une reconstruction à venir. Qui part ? Qui reste ? Qui sur le marché ? Pistons France vous donne son ressenti en répartissant notre roster en trois groupes distincts.

Les joueurs à échanger ?

Blake Griffin : certes, le dossier Griffin fait encore débat. Est-il obligatoirement à mettre sur le marché ? Pas sûr. Ce qui est certain en tout cas, c’est que Quake a toujours pu profiter d’une cote intéressante sur le marché, et ce malgré ses multiples blessures. Dans la tête des observateurs, son énorme campagne 2018-19 est toujours présente. De ce fait, la free agency 2020 est potentiellement la dernière chance pour les Pistons de se libérer de son énorme contrat en échange d’une contrepartie intéressante. De son côté, le joueur a communiqué son enthousiasme par rapport au fait de manager les jeunes en jouant un rôle de grand frère, faisant preuve d’un grand professionnalisme. Blake Griffin fera certainement son retour d’ici peu et il est possible que les franchises intéressées attendront de voir l’état de forme et les performances de Griffin sur les parqiets pour tenter ou non une approche. Un trade n’interviendra peut-être pas durant la free agency mais évnetuellement durant la saison. En tout cas, les cartes sont dans les mains de Weaver, à lui de prendre la bonne décision conernant ce gros dossier mais le noeud Griffin n’est pas encore dénoué.

Derrick Rose : Concernant le meneur, tout est plus clair. Le joueur sort d’une très bonne saison statistique, a retrouvé une santé physique correcte et a su montrer l’étendue de son talent offensif plus d’une fois. La question ne se pose même pas, il faut profiter de sa cote pour monter un échange intéressant. Combien d’équipes du haut de tableau aimeraient avoir Derrick Rose pour animer son banc dans la quête d’un titre ? Plus d’une. Les Pistons ont clairement su faire renaître le MVP 2011 et lui redonner de sa superble. Un trade semble donc bénéfique pour les deux parties : la franchise pourrait récupérer des assets intéressants en vue de la reconstruction et le joueur pourrait se retrouver dans une équipe prétendante, lui permettant donc éventuellement de gagner un premier titre, lui qui a soufflé ses 32 bougies il y a un peu plus d’un mois.

Les joueurs à conserver ?

Langston Galloway : le shooteur d’élite de Baton-Rouge est l’archétype du profil de joueur adroit adapté à la NBA actuelle en terme d’adresse et de spacing. En définitive, n’importe quelle équipe qui aurait besoin de shooting aurtait besoin de Galloway. Mais comme toutes les équipes NBA sans exception ont besoin de tireurs adroits, alors pourquoi ne pas le garder ? L’ancien Knick a le profil du vétéran sérieux à l’entraînement, régulier dans ses performances et qui dégage une énergie positive dans un roster NBA. Sa présence pourrait faire évoluer mentalement les jeunes en leur transmettant une éthique de travail sérieuse. De plus, le joueurs est très apprécié du coach Dwane Casey, autant au niveau de ses qualités que de son attitude. La balance pencherait donc plutôt vers un avenir avec Langston, mais rien n’est figé évidemment. Le joueur sera agent libre non-restreint à compter du 20 novemebre mais les Pistons bénéficieront des full Bird rights dans l’optique d’une resignature. Reste à savoir la volonté du joueur : prendre son cash pour rester à Detroit ou prendre un peu moins mais jouer dans une équipe au projet sportif plus attrayant.

Luke Kennard : Longtemps dans les rumeurs de transfert la saison passée, l’arrière de Duke est passé entre les gouttes et restera donc un Piston, au moins jusqu’à nouvel ordre. Le joueur a mis un certain temps avant de montrer des bribes de son talent certain mais semble aujourd’hui épanoui et intégré dans l’effectif. Ses talents de comboguard ont parfois été remarqués et appréciés par le coach. Kennard est encore jeune et doit continuer sur cette voie, progresser encore et garder cette mentalité positive pour le bien de l’équipe. Il ne sera peut-être jamais une pièce maîtresse de l’effectif à l’avenir mais son intelligence de jeu et son talent en feront un joueur de complément solide et utile dans la reconstruction.

Sekou Doumbouya : aucune trace de chauvinisme dans la phrase qui va suivre mais on va l’écrire tout de même. S’il y a bien un joueur à conserver à 2000%, c’est bien Sekou Doumbouya. Il est quelque part à la fois le symbole de la situation actuelle difficile des Pistons et de l’avenir autour de la jeunesse : incertain, talentueux et instable. Sekou est encore un projet. C’est le nourrisson de l’effectif, celui qui devra se frayer un chemin, faire un peu plus ses preuves, exploiter son potentiel avec l’aide du coach et du staff. Peu importe où tout cela nous mènera, il faudra le faire jouer, l’essayer, lui faire confiance. La reconstruction passera de toutes façons par le développement de jeunes et Sekou est le symbole de tout cela. Sa saison de rookie a été marquée par des hauts et des bas. Ses bas ont frôlé l’indécence tellement il semblait perdu sur le terrain, mais ses hauts ont démontré un talent certain et un profil physique au-dessus de la moyenne. Au dessus de Tristan Thompson aussi.

Christian Wood : que de discussions autour du futur de Wood. Lui qui sera agent libre à compter du 20 novembre aura très certainement une offre des Pistons sur la table dès l’ouverture du marché. Ce sera à Weaver de lui proposer l’offre adéquate permettant à la fois de s’assurer ses services pour l’avenir sans pour autant plomber le salary cap pour un joueur qui au final a montré de très belles choses mais qui n’est pas encore confirmé en NBA. D’autres franchises seront sur le dossier, notamment les Knicks. Pas de conneries les gars, Wood et son potentiel pourraient être à la fois un apport de talent sur le terrain dès la saison prochaine mais aussi une mascotte du public de par son côté aérien spectaculaire et son énergie débordante. A conserver absolument.

Bruce Brown : en parlant de mascotte, en voilà une autre. A défaut d’être un joueur au talent énorme, Brown doit être celui qui ravive l’identité Pistons. S’il ne doit pas être la tête des Pistons à l’avenir, il devra en être le coeur et les c*******. Underdog, combattif, défensif, travailleur et gagneur. Il est l’incarnation de l’esprit Detroit, de son histoire. Au fil des jours et des semaines, la franchise a parlé de cette fameuse identité à retrouver. Elle ne renaîtra pas sans lui. Il ne faudra pas avoir peur de lui donner encore un peu plus de responsabilités dès la saison prochaine, lui qui a montré des capacités très intéressantes à la mène tout au long de l’exercice précédent. Tout cela devra se faire à dose homéopathique, en lui laissant le temps car il demeure malgré tout un jeune joueur. Mais il faudra aller chercher en lui toute l’énergie et l’enthousiasme disponbiles afin de le communiquer à tous les autres joueurs. Bruce Brown a besoin de Detroit pour continuer à se développer dans le calme, mais Detroit a également besoin de lui pour réconcilier la franchise avec ses fans.

Sviatoslav Mykhailiuk / Tony Snell : Des joueurs intelligents, capables de rentrer des tirs et de faire ce qu’on leur demande, ça sert dans n’importe quelle équipe. Le premier est resté globalement discret mais a donné des garanties intéressantes par moment tandis que le second sort d’une saison plus ou moins décevante compte tenu des attentes minimum qu’on pouvait avoir sur lui. Néanmoins, les deux peuvent encore faire l’affaire et servir à l’équipe. Svi peut encore progresser pour se rendre plus régulier et la franchise a communiqué son envie de le conserver. De son côté, Snell va rentrer dans sa contract-year s’il décide d’activer sa player option à 12 millions de dollars, chose qu’il devrait vraisemblablement faire. On sait à quel point certains joueurs sont performants lorsqu’il s’agit de leur dernière année, espérons que Snell soit quelqu’un de ceux-là et qu’il puisse nous sortir une belle saison au tir et en défense. Pas des indiscutables mais il va falloir tout de même leur laisser une nouvelle chance.

Le reste de l’effectif

Groupe 1 :

  • Jordan Bone
  • Justin Patton
  • Louis King
  • Khyri Thomas

Ces quatre joueurs seront à conserver mais de manière différente. Stages en G-League, two-way contracts et fond de banc chez les Pistons feront partie de leur quotidien. Néanmoins, ils restent des jeunes joueurs qu’il faudra tester de temps à autre en temps voulu et quand l’occasion se présentera. Reste à savoir lesquels réussiront à tirer leur épingle du jeu.

Groupe 2 :

  • Brandon Knight
  • John Henson
  • Thon Maker
  • Jordan McRae

Pour finir, le groupe des joueurs dont l’avenir est plus qu’incertain voire scellé. Concernant John Henson et Brandon Knight tous deux en fin de contrat, ils ne feront logiquement plus partie du roster à compter du 20 novembre. Grâce à cela, les Pistons libèreront plus de 25 millions de dollars dans le salary cap. Une belle petite somme. Quant à Jordan McRae, il ne devrait normalement pas être reconduit mais ne sait-on jamais : son contrat est ridicule et pourquoi pas imaginer un revirement de situation dans les jours à venir. En tout cas, il fait vraisemblablement partie pour l’instant des joueurs qui ne seront pas conservés par la franchise du Michigan. Enfin, Thon Maker, bien qu’il soit apprécié par son coach pour son esprit de camaraderie et son envie, a montré des limites énormes dans son jeu, d’autant plus que son contrat rookie arrive à terme. Une qualifying offer lui sera proposée ou pas par les Pistons. En tout cas, son avenir est encore très incertain. Patience, tout sera plus clair d’ici quelques semaines, peut-être que le manque de personnel sur le secteur intérieur pourrait sauver l’avenir du Soudanais à Detroit. Voilà le tour complet de l’effectif réalisé, Troy Weaver sait ce qu’il lui reste à faire, le chantier est conséquent mais finalement pas si compliqué à première vue. A suivre.

source image : Getty

Laisser un commentaire