9 minutes 2 ans

Le septième choix, c’est ce que Detroit a récupéré pendant la lottery il y a quelques temps. Moment clé dans la reconstruction d’une franchise, la sélection des rookies va donc revêtir un aspect primordial pour les Pistons, après cette saison décevante sur beaucoup de points.

Que faire du choix ?

La cuvée de cette année ne semble pas exceptionnelle en comparaison de certaines des dernières années. Néanmoins, cela fait des années que l’équipe n’a pas eu l’occasion de drafter dans le top 10, et il va donc falloir faire fructifier ce choix, qui, comme vous avez pu le lire dans un autre article il y a quelques jours, n’est pas si mal. De nombreuses possibilités sont donc ouvertes par ce pick.

Connaissant la situation actuelle de Detroit, une reconstruction, il ne serait pas évident de voir le septième choix être échangé. L’équipe du Michigan s’est retrouvée dans de nombreuses rumeurs de trade-up/trade-down afin de choisir des joueurs plus prometteurs à la draft, ou tout simplement d’assurer le recrutement d’un jeune avec lequel le feeling des dirigeants est bien passé, et qui semblerait être un fit idéal à l’équipe. Mais d’autre part, il ne serait pas surprenant de voir le choix être échangé avec un joueur attractif de l’équipe, d’autant plus avec les rumeurs tournant autour de D-Rose, contre des jeunes joueurs à potentiel ou bien même des choix sur les prochaines années.

Qui sont les cibles principales ?

Malgré les hypothèses soulevées au dessus, la logique sera probablement respectée, et les Pistons devraient recruter un jeune joueur avec leur septième choix. L’équipe étant très peu pourvue au poste de meneur, entre autres, cette cuvée pleine de poste 1 devrait permettre de se renforcer. Mais dans l’état actuelle de l’équipe, on peut se demander s’il ne faudrait pas plutôt prendre le joueur avec le plus gros rapport potentiel/talent disponible. De toute façon, derrière le trio Ball/Edwards/Wiseman, le niveau des joueurs annoncés entre les places 4 et 8 semblent relativement homogène.

Mais le front office semble déjà avoir fait une présélection parmi les futurs rookies. Et le duel semble se dessiner entre deux joueurs, deux meneurs, Tyrese Haliburton et Kyllian Hayes. Deux talents indéniables, mais pourtant très différents. D’un côté : Haliburton. Le meneur d’Iowa State est une des grandes révélations de cette saison NCAA, et ce malgré une petite blessure. Il est considérablement monté dans les mock drafts cette année, au point d’être considéré comme un des steals de la cuvée si son classement venait à chuter. Avec sa taille d’1m95 relativement importante pour un meneur, il a montré de solides aptitudes défensives, qui complètent une panoplie offensive variée ainsi qu’un QI basket très bien développé pour son jeune âge. Il fait parti des joueurs qui ont participé au camp de recrutement organisé par les Pistons.

Dans ce camp, on trouve également Hayes. Un profil différent pour le jeune français, en comparaison de son homologue américain. Plus jeune, et surtout plus expérimenté grâce à son rôle dans l’équipe du Ratiopharm Ulm, l’ancien de Cholet est un mystère dans la draft. Annoncé parfois jusqu’en 4ème position, Hayes pourrait néanmoins se retrouver dans les griffes des Pistons, car peu d’équipes ont besoin d’un véritable meneur, manieur de ballons, à developper : les Bulls ont Coby White, les Cavs Sexton et Garland, et les Hawks Trae Young. Le principal intérêt du français réside dans sa panoplie offensive inouïe, et surtout très efficace, comme le montre ses pourcentage au tir cette saison. De plus, son physique est déjà adapté au haut-niveau, son adaptation semblera donc plus simple que pour certains de ses concurrents.

Parmi les autres possibilités des Pistons, le cas de Patrick Williams est également intéressant. L’ailier fort de Florida State est un diamant brut. Beaucoup d’interrogations, car Williams est souvent critiqué pour son irrégularité. Mais malgré tout, aligné au côté de Christian Wood, dans l’hypothèse de la prolongation de ce dernier, cette raquette serait sûrement très agréable à regarder, mais le choix apporterait moins de garanties que les deux meneurs évoqués précédemment.

Dans une équipe qui manque cruellement de talent, le futur rookie sera très certainement responsabilisé très tôt, surtout à la mène où Detroit n’a pas de véritable option, hors Derrick Rose. Il ne reste qu’à attendre jeudi pour savoir ce que les Pistons feront, et ce que la suite amènera.

Source image : Pistons Powered

Laisser un commentaire