7 minutes 2 ans

Un peu de baume au coeur ne fait pas de mal du côté des fans de Detroit, notamment pour les supporters français de la franchise qui ont pu observer avec fierté Killian Hayes arborer fièrement la casquette de Motor City le soir de la Draft NBA 2020. Tout le monde s’y attendait un peu, voilà chose faite.

Depuis des semaines les différents médias basket parlaient de cette éventualité forte de voir Hayes débarquer à Detroit. Effectivement, tout portait à le croire : la proximité du joueur avec Will Bynum, le trou béant au poste de meneur dans le roster des Pistons ainsi que les Mock Draft qui voyaient se rejoindre les positions de Detroit à la Draft et celle que Killian Hayes pouvait espérer le soir de la grande sélection. Et bingo ! Sans grande surprise, le joueur français a bel et bien été sélectionné par la franchise de Motown au septième choix, devenant ainsi à aujourd’hui le tricolore le plus haut drafté de l’hisoire de la Draft, devançant d’une longueur Frank Ntilikina sélectionné trois avant au huitième choix. Un motif de pression mais aussi de fierté. Le principal intéressé a d’ailleurs parlé de cet aspect dans les colonnes de NBA Extra.

« Je savais depuis un moment que Detroit était une des franchises les plus intéressées. Pour moi ce n’était pas une grande surprise mais lorsqu’on dit ton nom, c’est une sentation inoubliable. Le fait d’être le plus haut drafté en France n’est pas vraiment une chose à laquelle je tiens à coeur mais c’est quand même un titre lourd à porter, notamment pour en avoir parlé avec Frank Ntilikina. » Killian Hayes

En débarquant dans le Michigan, Hayes et tous les observateurs savent qu’il y a quelque chose à faire dans un futur proche pour gagner du temps de jeu. La franchise est au début d’une reconstruction qui s’annonce longue et rude, le poste est à pourvoir puisque seul Derrick Rose est présent dans l’effectif à la mène et que lui-même est possiblement en instance de départ tant sa bonne cote retrouvée la saison passée pourrait intéresser des franchises en quête de titre. Une opportunité se présentera donc à coups sûr pour le Français et ce sera à lui de la saisir. En tout cas, le joueur sait où il a atterri et est conscient du défi qui se dresse devant lui.

« J’ai parlé avec le coach donc je sais un peu dans quelle situation j’arrive mais de toutes façons, il faut faire sa place. Rien n’est donné en NBA, tout le monde veut des minutes, donc peu importe que je sois premier ou septième pick, ça ne veut rien dire. Il faut prouver aux entraînements et gagner la confiance du coach. » Killian Hayes

L’ancien de Ulm sait donc que le plus dur reste à venir. Faire sa place, prouver que la franchise ne s’est pas trompée en le sélectionnant au septième spot, s’abreuver des conseils de Rose tant qu’il pourra en profiter, travailler son jeu sans cesse. Voici les tâches qui lui sont désormais attribuées. Certes, la pression sera présente mais Killian aura du temps pour apprendre, faire des erreurs, avoir des minutes conséquentes dans une franchise qui se reconstruit. Et cela, ça n’a pas de prix pour un petit nouveau. De notre côté, le mieux que nous puissions faire, c’est de lui souhaiter bonne chance, en espérant être agréablement surpris par son talent.

source image : ESPN

Laisser un commentaire