7 minutes 2 ans

Parfois considéré comme un choix très haut à la seizième place, Isaiah Stewart avait néanmoins séduit le corps dirigeant des Pistons, et plus particulièrement Troy Weaver et Dwane Casey, respectivement GM et coach.

L’ancien intérieur de Washington fait désormais partie de l’effectif de Detroit, et semble déjà s’imposer comme un jeune avec une excellente mentalité, en plus de qualités essentielles dans le jeu. Isaiah Stewart est vu comme le profil type de l’intérieur moderne : rapide, physiquement très présent, avec une panoplie offensive solide, et du potentiel pour beaucoup progresser. Le pivot aura très certainement du temps de jeu, qui lui permettra d’exprimer tout son talent, tant le secteur intérieur des Pistons est faible, et il pourrait s’affirmer comme une solution évidente pour remplacer Mason Plumlee, et pourquoi pas prétendre à une place de titulaire si son développement le permet.

« Pour moi, le footwork est primordial dans la NBA moderne, et Isaiah en a un excellent, mais surtout, le plus important pour un joueur, c’est la mentalité. Et il a une très bonne mentalité, c’est un immense travailleur. » Troy Weaver

« Il n’a pas eu l’opportunité de montrer son talent offensif à l’université. Sans vouloir offenser son coach, qui l’utilisait de la bonne manière pour son équipe, il est apte à utiliser ce talent en NBA, à prendre les bons tirs. Mais c’est sûrement l’atout numéro 1 d’Isaiah, et c’est une partie de lui qui intrigue beaucoup. (…) Cela ne va pas être facile, mais les fans ont hâte de voir les rookies grandir, les voir se développer et se bouger pour gagner, et pour progresser jour après jour. » Dwane Casey

Stewart est également admiratif de la mentalité de certaines équipes historiques de Motown, et plus particulièrement de la Going-to-work-era des années 2000. Cette équipe de cols bleues, sans véritable superstar mais avec un collectif exceptionnel, avait réussi à gagner le titre en 2004, et à s’imposer comme incontournable de 2002 à 2008. La mentalité du rookie semble parfaitement coller à celle de l’équipe, et laisse présager que Stewart saura se mettre au service du collectif afin de faire rayonner ses coéquipiers, à la manière de l’illustre Ben Wallace. On lui souhaite la même carrière que Big Ben, et si possible à Detroit.

« L’équipe de 2003/04 s’inspirait des Bad Boys, mais je préfère la dureté dont elle faisait preuve. J’adore comment ils sont ensemble. Ils se moquaient de qui prenait les tirs. C’était une équipe. Ils étaient comme une famille, ils se soutenaient tous et j’adore voir ça. Je sens cette énergie en moi. C’est quelque chose que j’ai envie de donner à me coéquipier, les encourager et leur transmettre toute mon énergie pendant qu’ils sont là à jouer. » Isaiah Stewart

Le principal intéressé s’est d’ailleurs montré très excité à l’idée de rejoindre une franchise en reconstruction qui partage des valeurs dans lesquelles Stewart se reconnait :

« Cela signifie beaucoup, aucun mot ne peut expliquer. Coach Casey, Troy, juste le type d’état d’esprit qu’ils ont pour notre jeune groupe et l’ensemble de l’organisation. J’étais très excité quand j’ai entendu mon nom et que je savais que j’allais venir ici, donc cela signifie beaucoup, et j’ai juste hâte de me mettre au travail.  » Isaiah Stewart

La concurrence sera rude avec Mason Plumlee et Jahlil Okafor mais le jeune intérieur a le temps de travailler et de se développer pour inscrire durablement son nom dans le projet de reconstruction. On le rappelle il y a très peu d’éléments fixes dans la rotation ou la hiérarchie. Tout peut aller vite cette année.

source image : DAVID GURALNICK, THE DETROIT NEWS

Laisser un commentaire