6 minutes 2 ans

Après la défaite à Atlanta, les Pistons revenaient à Detroit pour un match contre des Warriors qui cherchaient tant bien que mal à lancer leur saison, marquée par les débuts difficiles des recrues Kelly Oubre Jr et Andrew Wiggins. Mais à l’aide d’un Stephen Curry très bon, et bien entouré, l’équipe californienne a réussi à s’imposer dans le Michigan.

4 matchs, 4 défaites. On savait dès la fin de saison prématurée en Mars que Detroit n’aurait pas une saison 2020/21 idéale, mais ce début de campagne reste rude. Même si les Warriors restent une équipe qui prétend plus que légitimement aux playoffs à l’Ouest, leur méforme relative depuis le début de saison laissait entrevoir un semblant d’espoir pour les Pistons. Mais la fatigue du back-to-back, couplé à une différence de niveau évidente, Stephen Curry restant Stephen Curry, n’a pas permis aux joueurs de Motown de s’imposer. Le résultat est sans appel : 116-106.

Premier problème : la défense sur les lignes arrières. Curry met 31 points, Wiggins 27, Oubre 14, et tous sont à quasiment 50% ou plus de réussite. Certes, ce sont des attaquants reconnus en NBA, mais des joueurs comme Josh Jackson et Jerami Grant sont considérés comme de bons défenseurs, et il aurait fallu un plus grand engagement dans leur moitié du terrain pour rendre ce match plus accessible pour les Pistons. Ensuite, le manque de diversité offensive à l’intérieur est également problématique. Plumlee et Griffin cumulent 10 points, en un temps de jeu certes amoindri, mais il aurait fallu prendre plus de risques dans la raquette, surtout contre des Warriors relativement faibles sur ces postes, d’autant plus avec l’absence de Green.

Malgré tout, certains axes de l’équipe restent positifs. Comme l’année passée, l’apport du banc, mené d’une main de maître par Derrick Rose, reste très satisfaisant. Presque la moitié des points vient des remplaçants, et certains sont même des alternatives plus que sérieuses aux titulaires. Par exemple, Isaiah Stewart a fait une entrée très efficace en complément de Mason Plumlee, et c’est là la deuxième point clé des Pistons : le développement des jeunes. Malgré un match somme toute moyen, Hayes continue d’avoir la confiance de Casey, qui lui laisse le temps de prendre ses marques dans la grande ligue. Saddiq Bey montre match après match qu’il est une option offensive très sérieuse malgré un temps de jeu limité. Sekou Doumbouya et Svi Mykhailiuk continuent d’être incontournables dans la rotation et font un travail très sérieux, eux qui sont, comme les rookies, au coeur du projet de reconstruction des Pistons.

Enfin, par de surprise dans cette défaite. Les Pistons cherchent encore leurs marques alors que les Warriors sont en quête de victoire. La très jeune armada de Detroit continue pourtant de se trouver, et de marquer des points, dans des matchs perdus, mais sans véritable blow-out. La suite vendredi à 1h00, contre les Celtics.

Source Image : Detroit Pistons

Laisser un commentaire