11 minutes 2 ans

La saison NBA 2020 – 2021 a commencé il y a environ un mois et demi et déjà certains enseignements sont à retenir côté Pistons. Entre le roster presque entièrement remodelé à l’intersaison, le changement de management et l’objectif de reconstruction assumé, il est temps de faire un bilan après 25 matchs dans le Michigan. C’est parti !

Performances des joueurs : qui tire son épingle du jeu ?

Le nouveau General Manager de la franchise Troy Weaver a fait des choix forts cet automne en chamboulant presque l’intégralité de l’effectif. D’abord, par la draft, quatre rookies sont arrivés avec en fer de lance Killian Hayes choisi en 7ème position. Mais malheureusement, alors qu’il semblait peu à peu prendre ses marques, le Français s’est blessé à la hanche après seulement sept matchs. Il faudra donc attendre encore un peu plus pour voir Hayes nous régaler sur le parquet. Cependant, les deux autres jeunes draftés au premier tour, Saddiq Bey (19è choix) et Isaiah Stewart (16è choix) ont proposé des choses très prometteuses malgré l’inconstance qui caractérise souvent les rookies.

Concernant les joueurs arrivés à la free agency, les doutes émis à propos des montants de certains contrats se sont vite dissipés. En effet, Delon Wright, Wayne Ellington et Mason Plumlee se sont très bien fondus dans le collectif tirant les performances de l’équipe vers le haut et en assurant le mentoring des jeunes pousses. Mais la recrue phare reste le bondissant ailier Jerami Grant, qui est devenu le leader offensif des Pistons (24 pts / match) . Alternant shoot extérieur, pénétrations efficaces et bonne défense, il est une grosse satisfaction et nous montre bien que Troy Weaver a bien fait de miser sur lui. Le pari Josh Jackson semble lui aussi bien fonctionner. L’arrière drafté par les Suns en 4ème position en 2017, est en train de dévoiler petit à petit son potentiel offensif en sortie de banc (12,3 points en 23 minutes par match).

Enfin, les quatre « survivants » de la saison dernière ont des destins divers depuis le début de saison. Blake Griffin, le franchise player présumé de l’équipe peine à retrouver un niveau de jeu décent, gêné par ses blessures à répétition, notamment au genou. De son côté, Derrick Rose alternait entre le très bon et le moins bien avant de se faire trader à New York, son contrat se finissant en fin de saison. Quant aux jeunes Svi Mykhailiuk et Sekou Doumbouya, les progrès se font plus discrets.

Un jeu collectif et un fighting spirit qui font plaisir à voir.

Le faible bilan de l’équipe de 6 victoires pour 18 défaites ne reflète pas vraiment le niveau de jeu affiché par les Pistons. Au contraire des dernières années difficiles dans le Michigan, le ballon tourne bien, la marque est répartie et le jeu proposé est agréable à regarder. Les points d’orgue de ce jeu collectif retrouvé sont sans doutes les matchs contre les Lakers à domicile le 28 janvier ainsi que celui contre les Nets il y a deux jours. Cette capacité à se battre à tous les matchs et à souvent revenir au score est très bien insufflée par Coach Casey et est très appréciable quand on connaît le passé de la franchise. Tous les joueurs sont concernés et quasiment chaque match est difficile a gagner pour l’adversaire. Vrais progrès du groupe et du coaching staff sur ces points.

Néanmoins, tout n’est pas parfait. La capacité de l’équipe à bien finir les matchs serrés est un problème. En effet, 12 des 16 matchs perdus le sont par 10 points d’écart ou moins dont 3 en prolongations. Les débuts de matchs sont également souvent ratés, ce qui oblige l’équipe à courir derrière le score. Ces points faibles ne sont cependant pas alarmants et sont la conséquence d’une équipe jeune et encore inexpérimentée. Cependant, des doutes subsistent encore concernant le temps de jeu de Blake Griffin. Compte tenu de son niveau de jeu et de son état de santé, ses 31 minutes par match semblent trop importantes, surtout que de bons jeunes sont disponibles à son poste (Bey, Doumbouya). Ces problèmes n’entachent que très peu la partition de Dwayne Casey qui montre qu’il a les capacités pour être le coach de cette reconstruction.

Objectif jeunesse !

Vous l’aurez deviné, le principal objectif de cette saison n’est pas de gagner des matchs et de viser le titre, mais plutôt de développer les jeunes joueurs. Plusieurs décisions pointent en ce sens. Déjà, la volonté de Casey d’avoir rapidement mis Stewart à la place de Okafor dans la rotation ainsi que Saben Lee au dessus de Frank Jackson montre bien que les jeunes sont prioritaires. Cependant, un grand facteur de performance est présent. En effet, si un joueur est bon il jouera, ce qui force les joueurs à s’entrainer dur et à sortir de leur zone de confort.

Le management est également tourné vers le long terme. Le trade de Derrick Rose, 32 ans, le 7 février dernier contre Dennis Smith Jr, 23 ans et un futur second tour de draft en est la preuve indéniable. L’ancien MVP arrivait au bout de son contrat en fin de saison alors que Dennis Smith Jr, ancien 10è choix de draft, peut espérer se relancer chez les Pistons comme Josh Jackson le fait actuellement. D’autres trades sont éventuellement à prévoir avant la deadline fixée le 25 mars prochain, notamment concernant des vétérans comme Ellington ou Griffin, même si ce dernier possède un gros contrat.

Ce début de saison est placé sous le signe d’une reconstruction bien commencée avec de talentueux jeunes joueurs et une attitude pas loin d’être exemplaire. Les fans des Pistons peuvent être optimistes car le General Manager Troy Weaver prend des décisions fortes qui sont pour l’instant payantes. A suivre avec la trade deadline en mars et la suite de la saison régulière.

Source Image : Melissa Majchrzak/NBAE via Getty Images

Laisser un commentaire