5 minutes 2 ans

Chaque match contre les Raptors revêt une importance toute particulière pour les Pistons, et en particulier pour Dwane Casey, l’ancien coach de Toronto. Et depuis son arrivée dans le Michigan, l’ancien COY se débrouille plutôt bien contre la franchise aux dinosaures.

Une fois de plus, Detroit a su s’imposer contre les canadiens : debrief d’une victoire symbolique dans le derby des grands lacs.

« On s’entraîne à prendre ce genre de tirs tous les jours. On a passé un cap ce soir, on avait les idées claires, et ça nous a aidé à être dans le match tout le long. C’est vraiment intense comme processus. » Saddiq Bey

D’ailleurs, parlons de Saddiq Bey. Quel joueur. Il s’installe de plus en plus sur les ailes de Detroit, et il a une nouvelle fois montré tout son talent ce soir. 28 points, 12 rebonds, 6/10 du parking. Certes, le meilleur défenseur des Raptors n’était pas là. En effet, ce monstre sacré d’OG Anunoby, qui dispose d’une fanbase solide en Normandie, était toujours absent, et cela c’est clairement vu dans la défense des Dinos. Outre Bey, 5 joueurs ont passé la barre des 10 points : Wright, Grant, Plumlee, Jackson et Stewart. Une nouvelle partition offensive collective des Pistons, renforcée par une présence au rebond monumentale : 54 à 30 pour Detroit dans cette catégorie.

« Il a de tellement bons fondamentaux. Il a des jambes musclées, une bonne endurance. Les jeunes joueurs veulent en abuser, et elles lâchent en cours de match. Mais pas Saddiq. C’est un monstre de travail. Il faut presque le forcer pour le faire sortir du gymnase quand il travaille son jeu. C’est un vrai professionnel, et il va être une star dans la ligue pendant très, très, longtemps. » Dwane Casey, à propos de Saddiq Bey.

D’autre part, toujours les mêmes faiblesses pour les Pistons, plus particulièrement défensivement. Norman Powell a sorti son plus haut total de points en carrière, avec 43 unités, alors que Boucher a pour sa part inscrit 21 points sur la raquette du Michigan. Néanmoins, Detroit a su contenir le retour du trio magique de Toronto : Lowry, VanVleet et Siakam. Aucun des 3 n’a d’ailleurs réussi à inscrire plus de 13 points, ce qui montre un certain progrès défensif des Pistons. Le retour de Stanley Johnson, enfant prodige béni par les dieux de basket, n’a pas suffit aux Raptors, malgré son unique rebond qui garni sa ligne de statistiques en 11 minutes.

Bref, un bon match des Pistons, qui continue de montrer l’émergence de Saddiq « The Future of the League » Bey. Une nouvelle fois, les Pistons sont très agréables à regarder, malgré les défaites pourtant omniprésentes cette saison.

Source image : Detroit Pistons.

Laisser un commentaire