14 minutes 2 ans

Alors que la saison arrive presque à son terme, avec à peine une vingtaine de matchs restants, il est temps de faire un point sur l’effectif des Pistons. Bouleversée depuis le début de saison par Troy Weaver, l’équipe est totalement nouvelle, et l’atmosphère est propice à une analyse de chaque profil, et de leur devenir dans le Michigan, ou non.

Les incontournables, et autres satisfactions.

  • Jerami Grant : Arrivé cet été en provenance des Rocheuses, l’ailier s’est imposé comme le leader des Pistons. Avec des statistiques en 23/5/3, avec un contre et une interception par match, Grant est la pierre angulaire de l’équipe, en plus d’être un candidat extrêmement sérieux au titre de MIP. A près de 20 millions de dollars la saison, l’ancien Nugget a su faire fi de toutes les critiques qui le considéraient comme trop payé, afin d’être aujourd’hui considéré comme un des joueurs les plus valuables de la ligue. Il lui reste encore deux années pleines aux Pistons, qu’on espère aussi prolifiques que celle-ci.
  • Mason Plumlee : Autre ancien du Colorado, même bilan, mais quel développement de Plumlee cette saison. Autrefois réduit à un éboueur en sortie de banc, l’ancien back-up de Jokic a pris une autre dimension. Avec des moyennes en quasi double-double points/rebonds, Plumlee est le titulaire des Pistons au poste de pivot, en plus d’être un exemple pour les autres. Il a également montré sa polyvalence, avec plusieurs matchs en triple-double cette saison, et de belles séquences défensives. Il a subi les mêmes critiques que Grant lors de sa signature à 9 millions par an, mais ces derniers sont finalement plus que justifiés. Ses deux années supplémentaires dans l’équipe devraient être dans la même lancée.
  • Josh Jackson : Quelle renaissance pour l’ancien quatrième choix de draft ! Après un début de carrière mitigé dans l’Arizona, Jackson est revenu dans sa ville natale en quête de rédemption, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la surprise fut de taille. Alors certes, la régularité n’est pas toujours là, mais il a montré combien il pouvait être précieux dans un rôle de sixième homme de luxe, et parfois en titulaire au poste 2. Jackson est encore très jeune (24 ans) et il lui reste encore une année de contrat. Reste à savoir si Weaver va tester sa valeur marchande cet été, ou s’il prolongera pour continuer son retour en grâce dans sa ville de Detroit.
  • Isaiah Stewart et Saddiq Bey : Qu’on le veuille ou non, ces deux-là semblent liés. Tous deux choisis en deuxième partie de premier tour, tous deux considérés comme trop haut, et tous deux très sérieux dans leur première saison dans la grande ligue. Alors que l’ailier s’est installé dans le 5 majeur des Pistons, et était désiré par cette franchise de champions que sont les Kings, l’intérieur continue de prendre ses marques et de jouer une bonne vingtaine de minutes par match en complément de Plumlee. Deux joueurs réguliers, efficaces, et surtout deux diamants bruts qui ne demandent qu’à être polis. Ils sont à la base du projet de reconstruction de Weaver, et leur carrière semble toute tracée à Motown.

Des bons éléments, mais un manque de preuves.

  • Killian Hayes : Mettons les choses au clair tout de suite, le talent est indéniable. Hayes a tout pour devenir un grand joueur de basketball. Mais les débuts se sont avérés compliqués. Propulsé titulaire par coach Casey dès le début de saison, le Français a connu un processus d’adaptation complexe, et entravés par une blessure qui l’a privé des parquets pendant plusieurs mois. Néanmoins, il montre bien plus de choses depuis son retour il y a quelques matchs, dans un rôle de meneur en sortie de banc certes, mais avec un tir plus régulier, et surtout une vision de jeu intelligente, ce qui était déjà considéré comme la plus grande qualité de l’ancien joueur de Pro A avant son arrivée dans la Grande Ligue. Bref, un talent incontestable, mais il faut laisser le temps à Hayes de prendre ses marques.
  • Sekou Doumbouya : Autre français, même constat. Du talent, mais un manque d’expérience flagrant. Le plus problématique pour l’orléanais est qu’il avait, la saison passée, montré un talent exceptionnel pour la balle orange, en étant le joueur le plus jeune de la ligue. Mais cette saison, Sekou parait plus limité offensivement. Pourtant, il reste toujours un défenseur sérieux, capable de séquences de haut niveau sur certains des meilleurs attaquants de l’équipe adverse, mais il est cette saison sujet à un gros problème de multiplication des fautes. Il reste néanmoins un joueur très jeune (19 ans) et devrait faire partie du projet à moyen-terme des Pistons.
  • Saben Lee : Sélectionné au deuxième tour de cette année, Lee a eu quelques occasions de montrer son talent sur le parquet de la Little Caesars Arena. Et il a clairement mis ces minutes à profit. Dans un profil de meneur explosif, mais avant tout gestionnaire, il a mis en avant son QI basket et son intelligence de jeu. Malgré ses minutes réduites, Lee devrait continuer l’aventure à Detroit, et signer un véritable contrat, alors qu’il est aujourd’hui en 2-ways.
  • Hamidou Diallo et Dennis Smith Jr : Tous les deux arrivés aux alentours de la deadline de cet hiver, ces jeunes joueurs font partie de la rotation. Alors que Diallo est dans une très bonne saison, depuis le début de celle-ci au Thunder, Smith était un quête de temps de jeu. Les deux joueurs montrent de bonnes choses malgré un temps de jeu relativement restreint. Ultra-athlétiques et assez polyvalents, ils sont en fin de contrat cet été, et pourraient rester chez les Pistons si leurs prétentions salariales ne sont pas excessives.

Des joueurs sur le départ, sauf malentendu.

  • Wayne Ellington : Deuxième pige à Detroit, et deuxième réussite pour le sniper. A 32ans, Ellington ne semble pas perdre son efficacité. Il s’est retrouvé plusieurs fois meilleur marqueur dans un match cette saison, lui qui sait si bien prendre feu derrière l’arc. Mais malgré son apport énorme dans le spacing des Pistons, il ne fait pas partie des plans de Weaver, qui cherchait déjà à le trader cet hiver. Même s’il est au minimum vétéran, il ne sera certainement pas reconduit par un management qui cherche à s’entourer de jeunes joueurs prometteurs. En tous cas, merci pour ces bons moments.
  • Cory Joseph : Arrivé en échange de Delon Wright, CoJo reste un joueur NBA sérieux. Il l’a montré dernièrement contre les Kings, avec une performance qui a permis aux Pistons de repartir avec la victoire. Mais désolé Monsieur Joseph, mais à 12 millions l’année, c’est non. Et encore plus avec le contrat de Griffin qui va peser sur le management la saison prochaine.
  • Jahlil Okafor : Lorsqu’il a été signé cet été, tout le monde voyait en Okafor un nouveau Christian Wood. Mais comme chaque année depuis son arrivée dans la ligue, l’intérieur est capable de grandes performances, son talent est évident, mais le corps ne suit pas. Il a manqué plusieurs mois de compétition, et ne semble aujourd’hui capable de concurrencer aucun de deux autres pivots des Pistons. Plumlee restera la première option et le développement de Stewart passera avant. S’il reste, Okafor ne pourra espérer que des miettes de temps en temps.

La saison de Detroit, aussi décevante soit elle au niveau des résultats, ne doit pas pour autant occulter l’émergence de certaines joueurs. L’équipe aura besoin de temps pour se construire, mais Weaver sait où il va, et il continuera de garnir l’effectif avec des jeunes à potentiel, ou avec des cols bleus capables de montrer l’exemple. Les Pistons sont en train de retrouver une identité de jeu qui leur est propre, et tout cela est pour le mieux. Detroit est une ville différente, et une équipe différente. Après tout, Detroit versus Everybody

Source image : Detroit Pistons

Laisser un commentaire