9 minutes 1 an

On vous l’a assez répété, à Detroit, cette saison est placée sous le signe du développement des jeunes et notamment des rookies. Parmi eux, Isaiah Stewart, s’impose comme un joueur rempli de qualités à quoi s’ajoute une mentalité qui ravira les puristes de l’histoire des Pistons. Toujours plein d’envie et d’énergie, le pivot régale tous les supporters. Analyse sur son jeu, ses forces, ses points à travailler et son avenir. Let’s go !

Des bases bien solides pour son âge.

Lors de sa Draft en 16è position, nombreux étaient les sceptiques qui voyaient Stewart choisi trop haut par Troy Weaver. Pourtant, le rookie venant de l’université de Washington a directement montré ses qualités en sortie de banc, relayant Jahlil Okafor en serveur de Gatorade. La première chose qui saute aux yeux est son énergie et son physique. Il sait très bien compenser sa plutôt petite taille pour un pivot (2m03) avec une envie et une détente exceptionnelles, ce qui lui permet de prendre un important nombre de rebonds (6,6 rebonds, le plus gros total parmi les rookies). Meilleur contreur par match pour les rookies également (1,2 par match), il sait imposer sa présence près du cercle. Sa défense sur les plus petits est également très efficace : grâce à son centre de gravité plus bas que les autres pivots il parvient à suivre les extérieurs sur les switchs. Leader défensif de la meilleure second unit de la NBA, ça claque pour un joueur de seulement 19 ans.

En attaque, c’est très positif aussi. Possédant un second jump très impressionnant, Stewart score beaucoup sur rebonds offensifs (2,4 par match, meilleur total parmi les rookies), ce qui n’est pas sans rappeler un poilu des épaules passé par Detroit. En toucher ou en force, il finit très bien au cercle et se classe premier rookie (encore) en efficacité au tir (57,4%). Mais sa panoplie offensive ne s’arrête pas là, il sait également shooter. Sur ses 31 shoots longue distances pris, il en a rentré 13 ce qui fait un joli 42%. Alors certes, ces tirs restent occasionnels mais les fondamentaux sont bien là et avoir un pivot pouvant sanctionner à distance est aujourd’hui presque essentiel pour une équipe NBA.

Une progression qui ne doit pas s’arrêter !

Alors évidemment, notre rookie est très bon mais ce n’est pas Tim Duncan non plus, il y a quelques points de son jeu qui restent encore à développer. En premier, on peut évoquer sa vision de jeu. Les Pistons ayant un fond de jeu très collectif, il est important pour tous les joueurs, y compris les pivots, de faire les bonnes passes au bon moment. Stew à tendance à souvent shooter ou passer la balle au joueur le plus proche quand la passe n’est pas évidente. De plus, à cause de son excès d’énergie, il commet parfois des fautes inutiles au rebond (2,6 par match). En finition aussi, il fait parfois preuve de précipitation et rate des lay-ups plutôt faciles. Néanmoins, tout au long de la saison, on a pu voir une progression dans ces domaines, sûrement grâce a son mentor Mason Plumlee qui est un pivot plutôt propre, qui se sent bien dans ces secteurs du jeu. Rien de rédhibitoire donc, notons également qu’un certain Bam Adebayo avait aussi ce genre de petits soucis au début de carrière. Un idéal vers lequel Isaiah doit se tourner pour le futur.

Un avenir radieux pour lui et Detroit.

Le futur, parlons en. Premièrement le futur proche. Stew devrait avoir plus de minutes pour la dizaine de matchs qu’il reste, Dwane Casey à déjà commencé à reposer ses titulaires pour certains matchs. Le rookie devrait continuer sa progression et confirmer sa bonne forme du moment. Pour le plus long terme, on peut déjà assurer que la franchise et même toute la ville de Detroit croient en Isaiah : du merchandising et plusieurs comptes twitter ont déjà été crée à son effigie et à son surnom : « Beef Stew ». L’engouement autour du jeune joueur est réel est on ne va pas s’en priver. Au niveau du terrain, plusieurs possibilités. Avec des minutes croissantes pour lui en fin de saison, il faudra se poser la question de la saison prochaine, notamment à propos de Mason Plumlee. Trader le pivot de 31 ans après seulement 1 année afin de laisser les pleins pouvoirs à Stewart ? Ou le garder encore pour parfaire son mentorat ? Mason sort d’une saison intéressante et Detroit pourrait recevoir une belle contrepartie. D’autant plus que la saison prochaine risque aussi d’être basé sur le développement. Tant de questions que Troy Weaver va devoir se poser cet été. Dans tous les cas, on a pleinement confiance en notre General Manager.

La saison de Beef Stew nous donne plein d’espoir concernant le futur au poste de pivot. Le joueur est à l’aise dans son rôle qui va surement grandir dans les semaines, mois à venir. L’avenir est radieux à Detroit et Isaiah Stewart en est une des raisons principales.

Source image : Chris Schwegler (NBAE/Getty)

Laisser un commentaire