10 minutes 1 an

Lors de la conférence de presse de présentation des rookies, Troy Weaver a expliqué son processus de Draft qui a été vivement critiqué, attirant parfois l’agacement de certains fans.

Cade Cunningham, une évidence

Jalen Green ou Cade Cunningham, ou Evan Mobley ? Telle a été la question que tout le monde se posait suite au multitude écrans de fumée envoyés par Troy Weaver en conférence de presse avec l’objectif de recevoir des coups de fil des autres GM. Mission réussie puisque le first pick des Pistons a été pendant un bref délai la plus grosse valeur marchande de la ligue. Mais finalement la logique et le réalisme l’emportent toujours : Cade Cunningham sera (sans surprise) un Piston pour le plus grand bonheur de Detroit

« Je suis aussi excité aujourd’hui que l’année dernière lorsque nous avons fait venir quatre jeunes joueurs. L’objectif commun reste le même. Après la saison, ils ont demandé ce que nous recherchions à la Draft, et j’ai dit que nous voulions doubler ce que nous avons fait l’année dernière. Nous voulions des gars bosseurs, altruistes et compétitifs qui sont sur la bonne voie. » Troy Weaver

En NBA, la différence entre les paroles et les actes est énorme. Voilà plus d’un an que Troy Weaver est à la tête des Pistons et sa promesse de restaurer la franchise du Michigan est bien partie pour être respectée, bien que de nombreuses personnes doutaient de sa capacité à reconstruire Detroit si rapidement :

« Dès le début, les gens pensaient que j’étais dans le cliché quand j’ai dit vouloir lancer un processus de reconstruction. Et nous l’avons fait. Et nous en sommes ici pour une raison. Nous avons choisi le bon gars à la Draft, nous avons le bon gars pour l’organisation. La connexion que nous avons eue, que nous avons avec lui à travers ce processus nous propulsera dans le futur » Troy Weaver

Si tous les experts NCAA s’accordaient à dire que le first pick devait être Cade sans aucune hésitation, Weaver a préféré réaliser un processus pré Draft classique en rencontrant plusieurs prospects afin d’être certain de son choix. Quand la chance sourit, il faut savoir être assez prudent pour prendre la décision parfaite :

« Vous le savez instantanément ce genre de choses, mais vous devez l’exécuter proprement, avec un vrai processus comme n’importe quoi d’autre. Nous avons réalisé notre projet et comme je l’ai dit hier soir, nous en sommes aujourd’hui ici, et nous sommes excités d’être ici avec Cade. » Troy Weaver

En plus de porter en lui des qualités évidentes, le désormais pensionnaire de Oklahoma State va apporter dans le Michigan une chose qui manque cruellement et donc l’équipe a besoin depuis une dizaine d’années : de la hype, des projecteurs et de la médiatisation.

« Nous sommes tous excités. C’est une super soirée pour les Pistons. Nous sommes ravis d’avoir Cade et nous sommes ravis qu’il rejoigne la famille Pistons. Si vous regardez notre équipe, c’est un vrai humain qui relie les gens, sur le terrain et en dehors. C’est son meilleur atout, sa polyvalence. Nous le voyons s’intégrer parfaitement. Il va être un formidable ambassadeur pour les Pistons et pour la ville de Detroit. » Troy Weaver

Avec Cade Cunningham, les Pistons gagnent un talent générationnel polyvalent au poste de meneur, capable de représenter le visage d’une équipe et d’une ville. Les Pistons pourront compter sur un joueur extraordinaire. Et la ville de Detroit aura enfin une statue médiatique jouant avec les projecteurs nationaux.

Isaiah Livers et Luka Garza, du shooting en paris

Après avoir fait beaucoup de bruit en prenant la grosse star Cade Cunningham, les Pistons ont réalisé deux petits coups très intéressants au second tour en sélectionnant le chouchou du Michigan : l’ailier Isaiah Livers (23 ans) et le pivot Luka Garza (22 ans). Deux joueurs qui cochent plusieurs cases du projet de restauration des Detroit Pistons, que l’on retrouvait déjà avec Saddiq Bey, Killian Hayes et Isaiah Stewart l’année passée :

« J’ai dit à la fin de la saison, lorsque les médias ont posé des questions sur la Draft, j’ai dit que nous allions doubler chaque poste et continuer à avoir des gars partageant les mêmes idées qui peuvent nous aider à restaurer. Il est exactement comme les gars que nous avons draftés l’année dernière : compétitif ; il est dur ; il est altruiste. Il peut tirer loin. » Troy Weaver

Avec plus de 100 matchs sous le maillot jaune de l’université du Michigan, Livers attire les scouts et les managers NBA, dont Troy Weaver qui a reconnu s’intéresser au natif de Kalamazoo, à 140 kilomètres de Detroit depuis longtemps. Ajouter du shooting au projet pour maximiser et profiter des qualités de playmaking de Cade et Hayes étaient l’un des objectifs majeurs pour un roster qui ne comptait que très peu de shooteurs la saison dernière :

« Le thème commun, si vous regardez la Draft, est que Cunningham, Garza et Livers sont tous des tireurs à plus de 40% à trois points. L’ajout de shooting était la clé pour nous. Nous observons Livers depuis un bon moment. Il a un bon sens du jeu, a un excellent tir et il apporte également de la polyvalence au groupe, nous sommes donc ravis de l’avoir. » Troy Weaver

Prochaine étape la Summer League pour toute cette bande de jeunots qui auront la lourde tâche de remettre ce franchise historique sur les rails. En tout cas, Motown est entre de bonnes mains et la ville est prête à revivre au rythme de de la jeunesse.

source image : USA Today

Laisser un commentaire