7 minutes 1 an

Après cinq matchs de Summer League et en alternant entre le positif et le négatif, que peut on retenir de ces matchs là ? Quelles sont les satisfactions ? Les déceptions ? Les axes de travail ? Avant de retourner à l’entrainement le 28 septembre pour les training camps, coup d’oeil sur les premiers retours de cette équipe.

Avant tout, il est important de rappeler qu’il ne s’agit que de la Summer League. Même si il est possible de se deviner une idée d’un joueur, il est surtout plus légitime de se faire un image collective. Une équipe gagnant cette compétition peut totalement flop la saison, et un joueur avec 30% de réussite aux tirs peut très bien être all-star deux saisons suivantes. Il ne sera donc pas question de jugement ferme, mais surtout d’impressions.

La première d’entre elles est évidemment autour de Cade Cunningham. Après deux premiers matchs un poil timides aux tirs, il finalise sa copie avec une rencontre face aux Knicks durant laquelle il comptabilise 24 points avec un joli 7/10 derrière l’arc. En outre sa facilité offensive, il est nécéssaire de souligner deux autres facteurs. D’abord, Cade Cunningham est un bon défenseur. Le match contre les Rockets de Jalen Green en est la preuve. 0 point pour le numéro deux de la dernière draft jusqu’à ce que Cade sorte du parquet. Un défense on-ball de qualité même si sa lecture du jeu en off-ball peut être amélioré. Ensuite, au centre des interrogations, son association avec Killian Hayes a montré de belles perspectives d’avenir. La balle a bien été partagé entre ces deux là qui ont débordé de créativité. Il y a eu des balles perdues oui, mais la plupart sont à mettre sur le dos de la mésentente ou de la maladresse du receveur. Même si Hayes a été un poil plus concerné par le playmaking que Cade, il est certain qu’avec le temps, cette paire peut faire des dégâts.

Autre duo, autre satisfaction, Saben Lee et Luka Garza ont prouvé qu’ils pouvaient se montrer utiles. Les absences de Cade et Killian pour les deux derniers matchs à délivrer Lee qui a pu librement exprimer son potentiel créatif et surtout son jeu avec écran. Garza lui a du attendre les contre-performances de Cook pour voir ses minutes gonfler et montrer son potentiel. Intelligent en attaque, pouvant marquer de loin comme proche du cercle, il réussi à compenser sa lenteur par une volonté de fer. Son association avec Lee a été fructueuse et les deux montrent une certaine alchimie qui pourrait se montrer précieuse dans une second-unit.

Pour finir les points positifs, deux autres joueurs ressortent du lot. Sekou Doumbouya premièrement, qui a montré une bonne qualité athlétique et de bonnes séquences défensives, tout en étant précieux en transition. Puis Saddiq Bey qui devient de plus en plus propre aux tirs et très juste dans ses choix.

Maintenant, ce qui n’allait pas. Pour commencer, la 3 guards line-up. Cade/Hayes/Lee ensemble sur le terrain, c’est très compliqué. Il y en a forcément un en trop, en l’occurrence Lee, qui du coup va représenter un point mort pour son équipe en attaque. Comme une impression de jouer à 4. Cette configuration devrait être limitée pendant la saison régulière. Au même titre que Balsa Koprivica. Le 57e choix de la dernière Draft est sans doute celui qui a perdu le plus de point pendant cette ligue d’été. Malgré sa taille qui aide sur les rebonds, rien d’autre à retenir de positif. Le serbe à l’air perdu sur le terrain et est totalement hors rythme.

Après 5 matchs, les Pistons quittent Las Vegas avec plus de satisfactions que d’inquiétudes. Cela suffit pour faire de cette compétition une réussite, même si l’objectif de base était le titre.

Source image : basket-infos.com

Laisser un commentaire