8 minutes 11 mois

Killian Hayes n’est que sophomore, mais ses prestations sont analysées à la loupe dans le Michigan. Attendu au tournant, le meneur français était encore une fois en grande difficulté lors de ses trois premiers matchs.

Après une saison rookie trop courte et décevante, le meneur français s’est pointé aux camps d’entrainement en affirmant qu’il allait montrer un visage différent pour sa deuxième saison. Trois défaites plus tard et on n’a toujours pas vu ce Killian agressif balle en main.

Même s’il maitrise à la perfection l’art de remonter la balle afin de la donner à un coéquipier et ensuite aller se faire oublier dans un coin, Hayes n’a pas encore montré qu’il était capable d’attaquer le panier efficacement. Il hésite sur tous ses tirs de loin. Il a des double-pas complètement ouvert mais préfère passer la balle à un joueur libre qui va évidemment rater son tir (on est à Detroit, faut pas déconner non plus). Interrogé sur la progression offensive de son meneur de jeu, Dwane Casey préfère rester patient et s’attend à ce genre de performances.

Il est probablement aussi physique que Saddiq (Bey), il est très bien bâti. Il est en super condition physique. Il doit utiliser ça quand il va dans la raquette, aller au contact, mettre l’épaule, dégager les défenseurs. C’est la prochaine étape de sa progression. Saddiq a progressé en partant désormais en dribble, en utilisant son corps, il finit dans la raquette, va défier les bigs qui essaient de le contester. Il faut utiliser ton épaule, aller au contact et finir. Il a bossé sur ça aujourd’hui. Il bosse sur ça tous les jours. Il faut faire en sorte qu’il puisse utiliser ce que nous bossons en match. C’est la prochaine étape pour lui.

Dwane Casey

Pour sa défense, ses deux premiers matchs étaient contre une belle équipe de Chicago qui défend très bien les poste d’arrières. 0 point au premier match et 2 petits points au second, Lonzo Ball et Alex Caruso se sont régalés en défense sur lui. En revanche, de l’autre côté du terrain c’est une autre histoire. A l’image de son équipe, Killian Hayes est plus à l’aise défensivement qu’offensivement. Il communique bien avec ses coéquipiers et utilise ses qualités athlétiques pour empêcher son adversaire de marquer sur lui.

Mais en attendant le retour de Cade Cunningham, il faudra qu’il assume son rôle de meneur de jeu. Surtout que l’attaque des Pistons est vraiment médiocre pour l’instant. Sans Jerami Grant contre Atlanta, il fallait s’accrocher pour regarder cette prestation des Pistons. Une des seules satisfactions de cette rencontre est le second quart-temps de Killian Hayes. Le joueur de 20 ans a inscrit 9 points ! Il prenait les tirs qui se présentaient à lui et attaquait Trae Young pour se créer de l’espace. Mais ses prestations restent irrégulières et Killian Hayes finit sa rencontre avec 12 points inscrits sans jouer dans le dernier quart-temps.

C’est notre mission, de le développer et de le faire grandir. Il va avoir des jours difficiles, des moments difficiles, mais au bout du compte, il y aura un arc-en-ciel, il y aura des dividendes.

Dwane Casey

A voir si la moyenne de points sera plus élevée en novembre qu’en octobre pour le 7ième choix de la draft 2020. En interview il semble avoir progressé mentalement et dans la préparation du match. Sa (demie-)saison rookie, il avait une moyenne de 6 points par matchs. C’est peu pour un meneur de jeu dans la NBA actuelle.

Je pense que je réfléchissais trop aux choses. Je réfléchissais beaucoup. Je n’étais pas nerveux, mais je pensais à beaucoup de choses à la fois et là je reviens avec l’esprit clair, je me concentre sur ce que j’ai à faire, ce que le coach veut que je fasse, le plan de jeu et le reste se fait naturellement.

Killian Hayes

En tout cas, il garde la confiance de son coach et sera déterminé pour décrocher la première victoire des Pistons face au Magic.

Mon objectif c’est de gagner. Je suis prêt à tout pour faire en sorte que ça arrive.

Killian Hayes

Source Photo : JUSTIN FORD-USA TODAY SPORTS

Laisser un commentaire