7 minutes 11 mois

Premier match pour Cade Cunningham, première victoire de la saison et première vraie belle performance pour les Pistons. Acclamés par un public en effervescence, les joueurs de Motor City ont livré une partition défensive exemplaire tout en faisant preuve d’une détermination encourageante.

Grands débuts pour le dernier numéro 1 de draft. Un match idéal, quarante ans exactement après celui ayant vu les premiers pas d’Isiah Thomas sur un parquet NBA. Spoiler alerte: Cade n’a pas sorti un match à 31 points et 11 passes décisives mais a néanmoins montré qu’il n’était pas ici pour rien. La réussite au tir n’était pas au rendez-vous (2 points seulement sur un lay-up dans le trafic), compréhensible pour une première apparition au plus haut niveau bien qu’un peu décevant. Mais pour le reste on ne retiendra que du positif: une bonne présence au rebond (7 en un quart-temps), des passes réussies, une lecture prouvant déjà une compréhension poussée du jeu et surtout une superbe intensité défensive. Du contre, des switchs, de belles contestations et des batailles pour le ballon comme si celui-ci allait exploser s’il quittait les mains du rookie plus de quelque secondes.

« J’ai trouvé que c’était bien. J’ai le sentiment d’avoir pu produire du jeu sans ballon, prendre quelques rebonds. J’ai eu l’impression d’être solide défensivement . Ce que je veux dire, c’est que c’était dans ces domaines que je voulais me prouver que ma cheville était rétablie, et que je pouvais bouger, défendre et faire tout le reste. Résultat, j’ai éliminé tout le trac et je peux maintenant jouer librement. » Cade Cunningham

Un début de rencontre un peu brouillon mais une avance prise très rapidement et qui sera maintenue jusqu’au troisième quart-temps. La présence au rebond offensif a fait la différence et permis de combler le manque d’adresse relatif de l’effectif. Et cette envie de se battre sur chaque possession s’est également faite sentir en défense où, galvanisés, probablement par la présence de leur rookie, les pistons ont mis le cadenas et éliminé toutes velléités offensive d’Orlando dans l’œuf. La second unit, particulièrement notre nouveau canadien préféré, aka Kelly Olynyk, et le meilleur Jackson de la ligue, Josh, s’est elle aussi montrée agressive et a prolongé les efforts du cinq majeur des deux côtés du terrain.

 « Il s’est passé exactement ce que je pensais… Je savais qu’il allait être rouillé, qu’il y aurait des problèmes de timing et tout le reste. Vous ne pouvez pas être absent un mois et jouer comme vous le souhaitez, mais j’ai aimé l’effort, l’intensité avec laquelle il a joué, la façon dont il a accéléré le jeu, qu’il a fait circuler la balle… Il a essayé de prendre les bonnes décisions et c’est ce dont nous avions besoin, la circulation du ballon. » Dwane Casey

Le troisième quart-temps a été le plus difficile, les deux frères Wagner ayant décidé de montrer qu’ils étaient les vrais splash brothers l’espace de cinq minutes. Pour la première fois du match Orlando est passé devant et a fait peur au public de Little Caesar Arena. Il aura fallu le retour du banc et d’un Olynyk flamboyant pour lancer une run de 27-11 et retrouver une avance confortable. Le reste du match s’est joué dans la continuité de cette fin de quart-temps et a mené à une victoire collective et tranquille face à nos futurs rivaux de la draft 2022.

Le pourcentage de victoire des Pistons est donc de 100% avec Cade Cunningham sur le terrain, cela risque de ne pas demeurer une réalité longtemps mais le temps est à la célébration pour les Pistons qui aujourd’hui ne sont plus derniers de la ligue.

source image : Photo by Nic Antaya/Getty Images

Laisser un commentaire