5 minutes 11 mois

Echangé contre Delon Wright à la deadline en février dernier, Cory Joseph avait bien terminé la saison avec les Pistons en assurant scoring et distribution. Cet été, le management a voulu jouer la continuité en le resignant pour deux ans et 10 millions de dollars. Maintenant âgé de 30 ans, le Canadien joue le rôle de vétéran dans le vestiaire.

Malgré ses premiers matchs en demi-teinte en cette nouvelle saison, Cory Joseph est un joueur dont on connaît les qualités et qui peut parfaitement se fondre dans un collectif. Après quelques magouilles financières (coupé, puis resigné), Troy Weaver a voulu conserver le meneur qui assurait en sortie de banc l’année dernière. 12 points et 5,5 passes en 19 rencontres sous le maillot des Pistons et une expérience partagée, très importante dans une jeune équipe comme celle-ci.

La signature de Joseph ? Enorme, c’est un don du ciel. J’aime son esprit, il est toujours en train de parler. C’est un mec qui met l’équipe en avant. Souvent, les vétérans essayent de prendre leur part du gâteau, prendre le plus de minutes possible aux jeunes. Mais Cory non, il veut agir pour le meilleur des Detroit Pistons.

Dwane Casey

Après tout, les deux hommes se connaissent bien. De 2015 à 2017, Joseph a évolué sous les ordres de Coach Casey à Toronto, qui savait que sa personnalité bouillante lui permettait de garder un vestiaire, surtout aussi jeune que celui-ci. Il savait également que Cory était imprégné e son système et qu’il allait être son porte parole sur le terrain, pour contrôler les hauts et bas des 82 matchs.

La réunion avec le Coach s’est passé mieux que je l’avais imaginée. Nous avons ce lien. Mon jeu se complète bien avec celui des autres aussi. On va continuer de restaurer les Pistons et je pense que ça avance bien. Je travaille tous les jours pour être un mentor. Garder le dialogue ouvert, sur et en dehors du terrain. C’est juste de rester tout le temps ensemble, en leur racontant mes expériences.

Cory Joseph

Cette signature est, au final, pas si mal. Un petit contrat pour un vétéran qui apporte son expérience, s’adapter aux systèmes et à ses coéquipiers. En tout cas, le champion NBA 2014 se sent bien à Detroit avec des jeunes et son ancien coach. Il faut maintenant retrouver son niveau de l’année dernière pour justifier sa resignature et jouer son rôle de mentor à fond.

source image : Carlos Osorio/AP

Laisser un commentaire