7 minutes 10 mois

Il a fallu quelques semaines à Cade Cunningham pour se mettre en route, mais le rookie semble avoir passé la seconde ces derniers matchs. Blessé dès le début de saison à la cheville, ses débuts face au Magic d’Orlando nous laissaient sur notre faim. Le talent offensif éclaboussait le league pass, pourtant la réussite au tir ne suivait pas. Un problème que Cade a corrigé depuis.

Sur le mois de novembre, le premier choix de la draft a marqué 14,6 points avec des pourcentages de 28,6% derrière l’arc et 36,9% au tir général. Mais sur son mois de décembre il a nettement augmenté ses moyennes. D’abord au scoring. 21 points par match avec des pourcentages au tir beaucoup plus propres (42% au tir et 44% à 3 points). Mais son tir n’est pas la seule raison de sa montée en niveau.

Je me sens plus en rythme désormais. Je pense que j’ai fait de bien meilleurs choix de tirs qu’avant. J’ai une sensation différente quand je prends un tir. Il faut enchainer les bons jours, se préparer, pour que le jour du match je puisse me relâcher et jouer au basket. Je fais ça depuis longtemps déjà.

Cade Cunningham

Il n’a pas fallu longtemps à Dwane Casey pour réaliser que son meilleur créateur n’était pas forcément un vétéran qui sort du banc, mais plutôt le jeune rookie qu’il a pu choisir en première place après avoir perdu 52 matchs la saison précédente. L’entente entre lui et Killian Hayes s’améliore de jour en jour, et Dwane Casey compte intégrer Saddiq Bey dans l’équation pour avoir une attaque qui ressemblerait à celle de Toronto lorsqu’il coachait l’équipe canadienne.

Même système, même line-up à 3 arrières si on veut. C’est ce qu’on recherche en tout cas. Saddiq (Bey) grandit dans ce poste d’ailier. C’est parfait car Cade offre ce genre de flexibilité.

Dwane Casey

La responsabilisation de Cade a aussi un impact sur ses coéquipiers. Surtout Jerami Grant qui est excellent en isolation contre un défenseur mais qui peut jouer parfois avec des œillères. Grâce à Cade, l’actuel meilleur marqueur des Pistons ne s’occupe plus de créer pour les autres, désormais il se concentre sur son défenseur direct, et l’attaque des Pistons est bien plus efficace.

Il est bon avec la balle en mains. Il me facilite la tâche de jouer sans ballon.

Jerami Grant

En dehors du terrain, Cade Cunningham s’impose de plus en plus en leader d’équipe. Plus réservé au début, son niveau de jeu l’a propulsé sur le devant de la scène. Tout naturellement, c’est lui qui est à l’oreille d’Isaiah Stewart pour le calmer lorsqu’il est à deux doigts de commettre un régicide.

J’ai l’impression d’être écouté dans le vestiaire. Ça n’a jamais été difficile. On a un bon groupe. On a beaucoup de gens qui s’apprécient, qui veulent gagner les uns pour les autres. Maintenant il faut vraiment le faire. Le plus important est de garder cette haine de la défaite. Il ne faut pas s’y habituer.

Cade Cunningham

Il s’agit désormais de gagner quelques matchs afin de monter dans la course au rookie de l’année. C’est pas forcément facile de gagner des matchs lorsque la meilleure option en attaque n’a pas encore complété la moindre saison, mais qui sait ce que nous réserve Cade en 2022. En tout cas il ne baissera pas les bras.

Source photo : Schwegler/NBAE via Getty Images

Laisser un commentaire