5 minutes 9 mois

La défaite 116-107 des Detroit Pistons contre les Houston Rockets hier soir à la Little Caesars Arena a ouvert un nouveau chapitre sombre et nuageux dans l’histoire de la franchise : Detroit a égalé hier son record de défaites consécutives – établi au cours de la saison 1979-80, à nouveau lors de la campagne 1993-94.

La franchise du Michigan affiche aujourd’hui un terrible bilan de 4 victoires pour 24 défaites, dont 14 défaites consécutives – série toujours en cours. Leur dernière victoire remonte au 17 novembre dernier (97-89), contre les Indiana Pacers à domicile. Une triste habitude chez les Pistons qui ont perdu 13 matchs consécutifs sur une même saison à quatre autres reprises dans sa riche et longue histoire. Si elle venait à chuter ce soir le Heat de Miami, la troupe de Cade Cunningham pourrait devenir « officiellement » la pire équipe des Pistons depuis la création de la NBA.

14 défaites consécutives. Une triste série de revers qui soulève de nombreux doutes à Detroit notamment autour de la gestion du groupe de Dwane Casey. Si la franchise a été habituée à connaître le sommet, la réussite et le succès, elle a également vécu des périodes bien obscures. Les Pistons ne font jamais les choses à moitié, il n’y a pas de juste milieu à Motor City : soit tu touches les cieux, soit tu plonges dans les abysses de la League :

  • 27 Janvier – 27 février 1980 : 13 défaites consécutives
  • 7 Mars – 30 Mars 1980 : 14 défaites consécutives
  • 20 Décembre 1993 – 18 Janvier 1994 : 14 défaites consécutives
  • 1er Avril – 24 Avril 1994 : 13 défaites consécutives
  • 15 Décembre 2009 – 11 Janvier 2010 : 13 défaites consécutives
  • 15 Novembre – 9 Décembre 2014 : 13 défaites consécutives

Maladresse historiquement nulle, pertes de balle à foison, individualités sans collectif. Au-delà de la méforme criante des Pistons, c’est le manque de saveur, l’atmosphère morose, l’absence totale d’identité de jeu qui plongent les fans au fond du gouffre : huit de ces défaites se sont conclues avec une différence au score de 10 points ou plus, pour une moyenne de 10,8 points d’écart au tableau entre les Pistons et leurs adversaires. Non, les Pistons ne sont pas au bord de la noyade, les Pistons ont bien coulé. L’heure n’est plus aux inquiétudes mais aux réactions. Monsieur Troy Weaver, votre projet n’est plus aussi équilibré et attrayant que la saison passée. Il faut du changement, et pas qu’un peu.

Laisser un commentaire