8 minutes 7 mois

Dans une saison difficile, où les Pistons perdent beaucoup sans proposer un jeu flamboyant, une satisfaction demeure : Cade Cunningham s’affirme de plus en plus comme le leader de l’équipe, rôle qu’avait Jerami Grant la saison dernière. Alors, des questions se posent autour du joueur de 27 ans. Est-il encore l’homme de la situation ? Son style de jeu peut-il s’adapter à celui de Cade ? Si non, qu’envisager pour son avenir ?

Un pari réussi pour la première année

A l’été 2020, Jerami Grant à signé un contrat de 60 millions de dollars sur 3 ans avec les Pistons, alors que Denver lui proposait le même montant. Pourquoi ? Il voulait avoir plus de responsabilités, pouvoir porter une équipe sur son dos, être un franchise player. Et dans un équipe des Pistons qui entamait sa reconstruction, l’occasion était belle pour lui. Beaucoup en doutait, lui qui n’a jamais été la première option d’une équipe, mais on peut dire que la première année fût réussie. 22,3 points, 4,5 rebonds à 43% au tir dont 35% à 3 points. Longtemps favori pour le titre de MIP, mais dépassé par Julius Randle sur la fin de saisons, Jerami a prouvé à la planète basket qu’il savait scorer et tirer vers le haut une jeune équipe. Drive, pulls-up, catch and shoot, l’ailier fort sait comment mettre le ballon dans le panier et c’est ce qu’avait besoin l’équipe de l’année dernière.

De plus, Jerami s’investit beaucoup pour la communauté. On rappelle qu’une des raisons pour laquelle il a choisi les Pistons était de jouer pour un coach et un general manager afro-américain. Il y a un mois, il a également commencé à financer la construction d’un centre pour accueillir des sans abris de Detroit. Grant se sent bien dans le Michigan et s’investit du mieux qu’il peut pour aider la communauté.

Une deuxième année qui pose des questions

Mais depuis le début de saison, des choses ont changé. Tout d’abord, Cade Cunningham est arrivé. Le 1st pick de la dernière draft à mis quelques matchs pour se faire à la NBA mais il est maintenant clairement le leader de l’équipe et la première option en attaque. Et avec un duo organisateur qu’il forme avec Killian Hayes, Dwane Casey veut prôner un jeu plus collectif où le ballon tourne plus pour servir les shooteurs ou les joueurs qui coupent dans la raquette. Cependant, compte tenu de son statut et de son salaire, Jerami Grant continue à avoir des ballons en iso, continue à sortir ses pull-ups à mi-distance, à driver sans trop se soucier de ses coéquipiers. Son style de jeu dénote par rapport à la philosophie que veut imprégner le coach, notamment en fin de match où il oublie totalement ses coéquipiers alors que Cade s’est montré plusieurs fois à son avantage dans le money-time. Ce qui fait poser pas mal de questions sur le futur du numéro 9 des Pistons…

Un trade qui semble inévitable

Ces questions, nous ne sommes pas les seuls à se les poser. En effet, Troy Weaver commence déjà à explorer les solutions et celle du trade semble être la plus probable. Car même si Grant n’est pas en harmonie avec l’équipe, il reste tout de même un super joueur capable de faire des matchs offensifs de grande classe. 6 matchs à au moins 25 points dont 4 à plus de 30, des stats globales qui restent très correctes (20 pts par match, 5 rebonds, 42% au tir), Jerami a prouvé qu’il pouvait être plus qu’un simple role player. A 27 ans, il est sûrement dans son prime et son contrat n’est pas énorme, un trade serait la meilleure option et pourquoi pas avant la deadline de février. De plus, les Pistons pourraient récupérer des assets ou des joueurs expérimentés afin d’aider les jeunes à bien se développer. Pour l’instant, Lakers, Blazers et Kings ont manifesté leur intérêt pour Grant mais d’autres offres pourraient arriver. On espère aussi que la récente blessure de Jerami au pouce ne va pas refroidir les équipes intéressées. Out pour au moins 6 semaines, le jeu devrait maintenant s’articuler autour de Cade Cunningham, seul patron de l’équipe.

Pas totalement intégré au jeu collectif, bonne valeur marchande… Beaucoup de points convergent vers un trade de Jerami Grant avant la deadline de février. Mais qu’il ait joué son dernier match avec le maillot des Pistons ou non, Jerami est un super joueur, sur et en dehors du terrain et laissera quoi qu’il arrive un très bon souvenir à notre franchise.

Source image : Création de Maxime Okon pour Pistons France

Laisser un commentaire