5 minutes 9 mois

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… des Pistons victorieux ! Et cette galaxie vient d’être rejointe à nouveau cette nuit. Pas le meilleur match des quinze derniers, mais clairement celui avec l’issue la plus appréciée.

Si près d’établir un nouveau (triste) record, les Pistons ont su inverser la tendance et éviter de devenir la risée de la franchise. Et pourtant, le Heat n’était pas venu avec l’intention d’offrir ce match, loin de là. Très diminué oui, mais avec unee prestation sérieuse. Dès le début du match, les coéquipiers de Kyle Lowry profitent du la sortie de Killian Hayes (2 fautes en 3 minutes) pour exercer une prise à deux constante sur le patron des Pistons : Cade Cunningham. Avec seulement 4 tirs pris, Cade s’est contenté de remplir son rôle de créateur et a délivré la bagatelle de 10 passes avant d’être exclu lors du quatrième quart suite à sa 6ème faute.

Le scorer attitré du soir se nomme Saddiq Bey. Troisième match de suite à au moins 23 points (26 ce soir) pour l’ailier qui profite clairement de l’absence de Jerami Grant pour prendre des responsabilités offensives, et surtout les assumer.

J’ai juste confiance en moi, et essaye de jouer le plus dur possible chaque soir. Peu importe ce que l’équipe a besoin, n’importe qui d’entre nous est prêt à le faire. Il n’y a aucun soucis pour ça.

Saddiq Bey

A l’inverse de la tendance de cette saison, les Pistons ont très clairement gagné ce match lors du troisième quart (33-19 en faveur de Detroit) et grâce aussi à une fin de match maitrisée. Au retour des vestiaires, l’envie était présente, et ça s’est ressenti sur le terrain. Tout tournait beaucoup mieux, les attaques étaient plus incisives, et l’équipe semblait clairement déterminée. A l’image du français Killian Hayes, qui a été à la limite de la catastrophe en première mi-temps, avant d’avoir un réel poids sur le scoring en seconde. Le meneur a même rentré le dagger de loin pour scellé la victoire des siens.

Une victoire qui fait du bien, avec un ensemble assez correct dans un match où tout le monde s’est senti impliqué à un moment ou un autre. Pour ce dernier match de l’année à la Little Caesars Arena, les Pistons ont pu souhaité convenablement de bonnes fêtes à leurs fans.

Laisser un commentaire