7 minutes 9 mois

Arrivé cet été en provenance de San Antonio, Lyles semblait être une de ces recrues qui récupéreraient quelques minutes en sortie de banc sans beaucoup plus. Cependant, en raison des blessures successives de Kelly Olynyk et Jerami Grant, le canadien a vu son temps de jeu augmenter parallèlement des responsabilités qui lui étaient confiées, faisant de lui un des joueurs les plus importants du banc des Pistons.

Petit point dans un premier temps : Quel genre de joueur est Trey Lyles ? Et qui est-il plus généralement ? Drafté en 12ème position par le Jazz en 2015, il est un ailier fort de 2m06, capable de shooter à mi-distance comme à 3 points et plutôt complet. Pas un grand défenseur ni un athlète d’élite, simplement un role player capable d’un peu tout faire pour son poste. Du haut de ses 26 ans, il est passé par Denver et San Antonio après avoir quitté l’Utah et avant de rejoindre le Michigan. Il a joué deux saisons dans chacune de ses équipes pour des moyennes en carrière de 7.4 points, 4.2 rebonds et une passe décisive par rencontre.

Les présentations faites, il est temps de s’intéresser à où en est le numéro 8 aujourd’hui. Dès le début de saison, Lyles a bénéficié d’un temps de jeu assez important, disputant entre 15 et 20 minutes de jeu à chaque match pour des statistiques à peu près équivalentes à celles qu’il compile en carrière. Un rôle qui lui allait bien et qui semblait même parfois un peu too much au vu des maladresses dont il pouvait faire preuve. Et alors que chacun pensait que les choses allaient rester ainsi, Kelly Olynyk et Jerami Grant, évoluant respectivement aux poste d’ailier fort et de pivot se blessent tour à tour. Une sale nouvelle qui va cependant profiter au young core de Detroit qui jouera de plus en plus de minutes. Mais qui va également profiter à l’ailier fort qui sortira de plus en plus du banc et qui sera même parfois starter. En l’absence de son compatriote chevelu au poste de pivot, il devient l’intérieur qui doit fluidifier l’attaque et écarter le jeu. Des tâches dont il n’est pas le plus habitué et desquelles il va devoir s’acquitter du mieux qu’il peut au fil des matchs. Et après plus d’un mois de compétition dans ces circonstances, force est de constater que l’ancien de Kentucky commence à faire le taff. Alors qu’il était souvent pointé du doigt, Lyles n’a rien lâché et est devenu peu à peu un joueur respectable, pas encore un starter NBA, mais un bon 6ème homme sans aucun doute. Ses bonnes performances se sont multipliées et, armé de ses légendaires pumps fakes, il est parvenu à tourner à 18.7 point de moyenne durant ses trois titularisations et à peser sur les rencontres qu’ont remporté les Pistons récemment.

Maintenant, qu’en est-il de la suite ? Le retour d’Olynyk ne saurait tarder, de même que le trade de Grant, ce qui modifiera à nouveau la dynamique de l’équipe. Il est encore difficile de prévoir avec exactitude comment, le transfert de Grant entraînant l’arrivée de nouveaux joueurs dans l’effectif. Mais Lyles devrait être délesté des responsabilités qui incombent au poste de pivot pour revenir sur son poste 4. Poste depuis lequel il se devra continuer à rentrer ses paniers en cas de départ du meilleur scorer de l’équipe.

Une saison pleine de rebondissements pour Trey Lyles qui a le mérite d’être un des joueurs qui provoque le plus d’émotions à Détroit, en plus d’accepter toutes sortes de missions différentes. L’année n’est cependant pas terminée et il faudra continuer à compter sur lui à l’avenir à Detroit.

Source image : AP Photo/ Duane Burleson

Laisser un commentaire