5 minutes 9 mois

Après le superbe come-back la nuit dernière à domicile contre le Jazz, Detroit se déplaçait dans l’Illinois pour un match qui s’annonçait compliqué au vu de la débauche d’énergie déployée pour vaincre l’équipe de Utah. Et effectivement, les Pistons ont été noyés par l’impitoyable vague rouge des Bulls.

A l’honneur dans les années 80-90, ce derby des Grands Lacs n’a plus la même saveur (surtout pour nous) avec Chicago qui a gagné les 9 derniers matchs entre ces 2 équipes. Pour enrayer cette série, les Pistons avaient pourtant démarré avec de bonnes intentions en défendant dur et en servant Stewart à l’intérieur (10 points sur les 22 premiers de son équipe). Mais très vite, l’équipe adverse s’est mise à mieux jouer, en se reposant sur ses stars, notamment DeMar DeRozan. En comptant seulement 9 points de retard à la mi-temps, Detroit rivalisait plutôt bien avec une équipe beaucoup plus forte qu’eux. Mais la deuxième mi-temps fût un naufrage collectif.

Dès le début du 3è quart temps, les 3 pertes de balles des Pistons donnaient le ton et les Bulls scoraient 17 points d’affilés pour créer un premier vrai écart. Perdus mais surtout fatigués, les Pistons n’avaient aucune arme pour rivaliser face à une équipe de Chicago en pleine réussite. Sur la globalité du match, Chicago shoot à 53% à 3 points tandis que Detroit ne pointe qu’à seulement 17%. Edifiant. Même dans le garbage time, les remplaçants de Billy Donovan ont gardé cette adresse, ce qui porte l’écart final à 46 points, 4è plus grosse défaite de l’histoire de la franchise.

On a parlé des pertes de balles à la mi-temps. On était mené de 9 points et on perdu la balle 3 fois d’affilé. A partir de là, on avait plus d’énergie.

Dwane Casey

Mais cette défaite ne résonne pas comme celles du début de saison. Après une victoire héroïque la veille, enchaîner en back to back, qui plus est à l’extérieur contre la meilleure équipe de la conférence est très compliqué. Gérer les back to backs est quelque chose qui s’apprend avec l’expérience et cette défaite est plus formatrice que gênante. Alors oui, les presque 50 points d’écart font un peu tiquer mais il faut relativiser et prendre que le positif de ce genre de rencontre.

On doit être un peu meilleur sur les back to backs. J’ai ressenti notre manque d’énergie par rapport à d’habitude. Ca fait partie de la NBA et on doit apprendre de ça.

Josh Jackson

Avec la plus grosse défaite de l’histoire pour un Pistons – Bulls, les Pistons redescendent sur Terre. Malgré quelques bonnes choses dans le jeu, les joueurs étaient lessivés, et ça se voyait. Allez, 2 jours de repos bien mérités et on se retrouve à Detroit ce vendredi soir contre Toronto.

Source image : CHARLES REX ARBOGAST, AP

Laisser un commentaire