7 minutes 8 mois

Après une sale déconvenue face au Magic, les joueurs de Detroit recevaient leurs copains de l’Ohio qui étaient sortis victorieux de huit de leurs neuf derniers matchs. Après une première mi-temps difficile, les Pistons se sont réveillés et ont complètement dominés de Cavs dans l’une des performances les plus excitantes depuis le début de la saison.

Tout n’avait pas bien commencé pour Detroit, loin de la même. Comme il fallait s’y attendre, les joueurs rouge et blanc capitalisaient sur le jeu intérieur, en particulier sur la paire Mobley-Allen qui semblait impossible à arrêter en début de match. A peine le temps de bâiller que les Cavaliers menaient déjà 15-0. Il aura fallu deux temps morts et l’entrée en jeu de Rodney McGruder, Franck Jackson et Trey Lyles pour que les hommes de Dwane Casey entament enfin leur rencontre. Sur un and-one de Saddiq Bey, le compteur de point des Pistons s’ouvre enfin. Un panier annonciateur du reste de la soirée pour le numéro 41 qui a réalisé son cinquième match à plus de 30 points en carrière avec 31 points à 11/20 au tir.

Après ces premiers points, les joueurs de Motor City se sont peu à peu remis dans le match et ont fini le premier quarts-temps menés d’à peine cinq unités grâce à l’énorme apport du banc qui a scoré 21 des 24 premiers points de l’équipe. Les douze minutes suivantes ont raconté à peu de choses près la même histoire: une second unit en feu qui répondait à des Cavaliers faiblissants et des titulaires qui passaient à côté de leur match. Cade Cunningham a notamment fini la première mi-temps à 0 sur 10 au tir et passait complètement à côté de son match. La menace Darius Garland était toujours présente du côté de Cleveland et un coup de chaud aurait suffi à enfoncer les Pistons.

A chaque fois qu’il (Saddiq Bey) est agressif, qu’il fonce en contre-attaque, qu’il trouve des tirs ouverts, nous sommes dans de bonnes dispositions.

Cade Cunningham

Mais c’est heureusement une partition bien différente qui a été récitée en seconde période, du genre qui peut tenir les fans éveillés toute la nuit. Cory Joseph et Hamidou Diallo, tous deux en difficulté ce soir là, ont passé plus de temps sur le banc tandis que le trio Cunningham-Bey-Stewart se ressaisissait et faisait changer le momentum de ce match. Le dernier first pick a fait preuve d’un sang froid exemplaire et a continué à attaquer, passer, intercepter et prendre des rebonds jusqu’à compiler son second triple-double en carrière. Deux bombes longue distance lancée dans le dernier quarts-temps ont permis de prendre l’avantage pour la première fois du match et d’ensuite sécuriser la victoire. Au final, même si Cunningham n’a pas rentré beaucoup de tirs, il a su rentrer les bons. Bien aidé par un Beef Stew survolté des deux côtés du terrain, un Franck Jackson enflammé et un Trey Lyles toujours fidèle au poste, il a été décisif dans cette victoire. Une belle leçon de combativité pour les guerriers de Detroit qui ont enregistré un run de 26 à 7 dans les neuf dernières minutes du temps réglementaire.

Le match a commencé de façon habituelle, mais j’ai vraiment aimé comment les gars ont rebondi, leur résilience et leur attitude concentrée.

Dwane Casey

La voilà la belle histoire de la semaine. Il n’est que souhaitable que les Pistons continuent à montrer se visage assoiffé et qu’ils performent à nouveau comme ils l’ont fait durant cette soirée.

Source image: AP Photo/Duane Burleson

Laisser un commentaire