5 minutes 9 mois

Loin du marasme du début de saison dans lequel les Pistons enchainaient les blow-out et autres déceptions, depuis 2022, mais surtout depuis le retour du all-star break, les coéquipiers de Jerami Grant enchainent les matchs serrés et les quatrième quart disputés. Un changement de mindset de bonne augure pour le développement des jeunes qui ont faim de gagner.

Depuis le 25 février et le retour du match des étoiles, les Pistons n’ont perdu aucun match de plus de 11 points d’écart. Et celui ci était contre des Celtics qui dominent la ligue ces derniers temps. Sur cette période là et en 12 matchs, les chiffres ne trompent pas. Alors qu’ils affichaient le pire différentiel de la ligue avec un une moyenne de -10.1 points pour 22% de victoires, le visage du moment est bien différent. Depuis près d’un mois, Detroit affiche un différentiel de seulement -1 point tout en ayant un record de 6 victoires pour 6 défaites. Une changement de mentalité qui s’explique premièrement par une défense plus responsable et mature.

Nous faisions trop de switch en défense. Trop de prises à deux également. Aujourd’hui on panique moins, on reste chacun sur notre homme. Ce sont des petites choses que nous avions besoin de changer.

Jerami Grant

Offensivement également, les chiffres sont sans appels. Les Pistons tirent plus et mieux (49% de réussite sur le dernier mois contre 42% auparavant), la balle tourne mieux (25 assists pour 12 pertes de balle), donc forcément les joueurs sont plus en confiance, et les victoires s’enchainent. Malheureusement, et logiquement aussi d’un côté, certains « chokes » noircis le tableau. Face à des groupes expérimentés, les Pistons se font peur. Comme lors des défaites contre les Clippers, ou encore le Heat, durant lesquelles Detroit avait la victoire dans sa main avant de la laisser filer face à une équipe avec plus d’envie.

Cela fait partie des choses que nous devons travailler pour grandir en tant qu’équipe. Ça fait partie de l’apprentissage. Il faut que nous arrivons à gérer le rythme, à rester concentrés dans ce type de moment et à bien utiliser nos ballons.

Dwane Casey

Même si le tanking peut se révéler frustrant, c’est un art qui est nécéssaire au processus de reconstruction. Depuis quelques matchs, les émotions font leur retour, bien accompagnées par la hype et l’envie de rester tard le soir devant le League Pass pour suivre cette équipe grandissante.

Source image : AP Photo/Michael Dwyer

Laisser un commentaire