5 minutes 3 mois

Pour ce 80ème match de la saison, le public de la Little Caesars Arena a eu droit a un duel de prototype. Avec deux styles de jeu similaires, Cade et Luka ont livré belle bataille. Mais avec une victoire 113-131, le slovène a pu compter sur un supporting cast de meilleure qualité pour s’assurer le match.

La défense lors de ce match n’a pas été optimale. Et pour cause, les Pistons se sont présentés avec seulement six joueurs du roster initial, mais surtout un seul intérieur de métier en la personne d’Isaiah Stewart. Contre une équipe présentant des individualités aussi fortes que sont Luka Doncic et Jalen Brunson, cette faiblesse dans l’axe ne peut être que préjudiciable. C’est donc en toute logique que le backcourt texan a brillé cette nuit en compilant 50 points en 36 tirs tentés. Même s’il s’était préparé à affronter un candidat MVP, Beef Stew s’est montré frustré par cette défaite juste après la rencontre.

On doit se faire respecter. Je ne suis même pas sûr que les équipes regardent des extraits de nos matchs avant de nous affronter. J’ai regardé ceux de Luka Doncic pour analyser ses habitudes en attaque.

Isaiah Stewart

Si cette fin de saison est assez frustrante à cause du nombre d’absent à décompter en défaveur de Detroit, un joueur est bel et bien présent, et en grande forme, il s’agit de Cade Cunningham. Encore une fois, le top pick remplit bien l’écran géant au dessus de son parquet, et compile 25 points et 9 passes, tout en se montrant actif en défense également (2 interceptions et 1 contre). Face à l’une des meilleures défense de la ligue, le natif de la région de Dallas n’a pas eu froid aux yeux.

J’aime défier les meilleurs, on aime ça dans cette équipe. J’ai toujours entendu des comparaisons (avec Doncic), sûrement car nous aimons prendre notre temps. C’est la première fois que nous nous affrontons, j’ai déjà hâte de la prochaine.

Cade Cunningham

Ce match s’inscrit une nouvelle fois comme fondateur de l’ADN et l’expérience que l’équipe acquiert chaque nuit. Du mouvement sans ballon, de l’engagement, de l’abnégation, mais surtout de la confiance. Les Pistons sont de plus en plus en phase avec eux mêmes, et se projettent vers une troisième année de reconstruction, avec des bases solidifiés, et des certitudes en plus par rapport au début de saison. Il ne fait aucun doute que ce type de match à quelques jours de la fin de la saison risque d’avoir une dimension plus importante et précieuse à la même période de l’année dans 365 jours.

Source image : Chris Schwegler/NBAE

Laisser un commentaire