6 minutes 8 mois

Dernier déplacement de 2021-2022 pour les joueurs de Detroit qui, orphelins de Cade Cunningham, rendaient visite aux Sixers de Philadelphie. A l’ores des play-offs, les deux stars de la ville de Rocky étaient au repos et laissaient la place aux remplaçants pour une confrontation qui sentait bon la fin de saison.

Ce sont deux groupes amputés de leurs meilleurs éléments qui se sont présentés sur le terrain durant cette soirée. Les joueurs de Philadelphie se savaient déjà qualifiés pour les play-offs et ceux de Détroit pour la draft, c’est donc sans pression et sans vraiment d’enjeux que le match a débuté. Côté Pistons, Hayes, Livers et Jackson étaient propulsés dans le cinq majeur au côté d’Isaiah Stewart et de Saddiq Bey qui validait là sa 82ème titularisation de la saison. Des titulaires qui n’ont au final joué que très peu de minutes (une vingtaine tout au plus) et laissé la place aux habituels chauffeurs de banc mis à l’honneur durant la soirée. A noter tout de même, les performances des deux Isaiah qui ont à deux compilé 24 points à 9/9 au tir et 4/4 derrière la ligne à 3 points. Une statistique qui peut sembler anodine mais qui montre du positif, notamment du côté de Stew qui s’est depuis peu remis à tenter sa chance depuis le parking.

Chez les Sixers, c’est un surprenant trio qui a mené la danse, composé de Tyrese Maxey, Shake Milton et Paul Reed. Grâce à ces trois joueurs, les hommes de Doc Rivers ont pu rattraper leur manque criant d’adresse de loin en explosant la raquette de Detroit. Paul Reed, particulièrement, profitait du manque d’impact défensif de Luka Garza pour faire un chantier dans la peinture. Pour autant, les Pistons ne se laissaient pas dominer. Les remplaçants avaient faim et parvenaient, sans pour autant se montrer vraiment inquiétant, à maintenir un score serré au tableau d’affichage. Luka Garza en a été le meilleur exemple, lui qui a su saisir sa chance en réitérant son career-high de 20 points et en réalisant son deuxième double-double en carrière.

« Je suis plus motivé que je ne l’ai jamais été dans toute ma vie. Il n’y a rien que je désire plus que jouer dans cette ligue. »

Luka Garza

En fin de compte, les Sixers parviendront à initier une run dans le quatrième quarts-temps et laisseront leurs adversaires derrière eux jusqu’au coup de sifflet final. Une défaite pour le dernier match de la saison, comme un symbole pour les Pistons qui terminent leur saison avec un bilan de 23 victoires pour 59 défaites. Un total faible bien sûr, mais loin d’être décevant. Les joueurs de Mo-town ont réalisé une campagne pleine de promesses et d’espoirs, tout en jouant un basket d’une qualité parfois impressionnante pour une équipe de bas de tableau comme la leur.

« Je me souviendrai des progrès. De ce que nous avions en tant qu’équipe et des jeunes joueurs. Beaucoup de matchs n’étaient pas synonymes de victoires, mais les progrès sont là. Ce sera évident à l’avenir. »

Dwane Casey

Si 2021-2022 n’était pas la saison de la victoire, qui sait ce que réservera la prochaine ? Peut-être les fans ont-ils assisté à la naissance d’une future vraie équipe NBA. Future is bright à Detroit et l’actualité basket continuera à battre son plein dans le Michigan, même dans les mois qui viennent.

Source image : Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images

Laisser un commentaire