18 minutes 5 mois

La semaine dernière du 28 au 30 avril se déroulait la draft NFL 2022, moment clé de l’intersaison où chaque franchise espère trouver et sélectionner les futures stars de demain et les pièces fondatrices de leur prochaine course au titre. La draft a une très grande importance en NFL, il est souvent dit que l’on construit un effectif du calibre d’un prétendant au titre au travers de bonnes drafts et non en payant le prix fort des agents libres de la free agency.

C’est avec cette idée en tête que les Lions de Brad Holmes et Dan Campbell ont abordés une draft charnière dans leur plan de reconstruction de la franchise. En effet, après une première année mitigé (des mauvais résultats, mais de belles progressions et un contexte particulier qui sera exploré plus en détails dans un article à l’avenir) il était crucial d’apporter une infusion de talent à un effectif plus que moyen.

Premier Tour: Talent premium et amour du football

Les Lions ont attaqués cette draft avec 3 sélections du top 50 (2, 32 et 34) dont deux dans le premier tour (2 et 32) de quoi ramener des joueurs majeurs de cette draft à Allen Park donc !

Avec le second choix la franchise n’a pas hésité une seule seconde (elle a même agacé la NFL à cause de la rapidité de son choix) avant de sélectionner Aidan Hutchinson, l’EDGE de l’université du Michigan. Pendant tout le processus pré-draft Hutchinson était décrit comme le joueur parfait pour Dan Campbell: un joueur au physique imposant qui se donne à fond sur chaque action et attaque sans relâche les OLinemen qu’il affronte, leader sur et hors terrain de la défense de Michigan lors d’une saison historique pour la fac.

Bien que ce constat soit légitime Hutchinson a parfois été victime du cliché d’un joueur qui gagne seulement grâce a ses efforts incessants alors qu’il s’agit d’un joueur extrêmement talentueux au profil athlétique hors norme (un RAS de 9.88 qui parle pour lui même). C’était un choix relativement simple pour Holmes et Campbell vu que Hutchinson correspond parfaitement au profil recherché : un leader charismatique qui aime le football plus que tout et un joueur immensément talentueux capable d’avoir un impact majeur sur la ligne défensive dès le premier match. Il faut aussi noter qu’au delà d’être le DLineman le plus talentueux à rejoindre les Lions depuis Ziggy Ansah en 2013, Hutchinson apporte une grande versatilité en défense avec sa capacité à rentrer jouer dans l’intérieur de la ligne et son aptitude a être un très bon défenseur contre la course (les Lions étaient 31e/32 en défense contre la course l’année dernière selon la statistique DVOA de Football Outsiders).

Après Hutchinson les Lions devaient attendre de longues heures avant de pouvoir sélectionner un nouveau joueur en clôturant le premier tour avec la 32e sélection, je dis bien devaient car Holmes a surpris tout le monde en montant dans le premier tour via un échange de sélections avec les Vikings du Minnesota : les sélections 32, 34 et 66 contre les sélections 12 et 46. Une décision agressive et un échange plutôt gagnant lorsqu’on le compare aux autres échanges de la soirée (les Saints ont échangés le 16, 98 et 120 pour le 11, une montée de seulement 5 places et aucune autre sélection récupérée).

Le flottement qui suivi l’annonce de l’échange fut assez intense, pour qui est ce que les Lions montaient ils ? Un quarterback malgré la faiblesse de la cuvée 2022 ? Le très talentueux Kyle Hamilton jouant un poste qui n’est pas forcément le plus impactant mais dont les Lions sont dépourvus ? Les Lions sont montés pour le joueur qu’ils considéraient comme le meilleur WR de cette draft le dragster de l’Alabama Jameson Williams. Williams surnommé Jamo pourrait être le véritable WR1 (receveur X) qu’il manquait tant aux Lions la saison passée (et sans doute depuis la retraite de Calvin Johnson), c’est un joueur très très rapide, grand, capable d’aller chercher les ballons contestés et très bon avec le ballon dans ses mains après la réception mais avant tout c’est un joueur qui fait peur aux défenses et qui les oblige à protéger la profondeur ce qui ouvre un nouveau champ des possibles dans le jeu aérien court et intermédiaire. Jameson est aussi un compétiteur sans relâche qui jouait même gunner dans l’équipe spéciale d’Alabama où il n’hésitait pas a aller plaquer les retourneurs adverses, puis il a une réputation de travailleur à l’entrainement et il est en avance sur son programme de remise en forme après sa rupture des ligaments croisés en janvier (il dit qu’il vise un retour pour le camp d’entrainement d’Août), un joueur qui est donc parfaitement compatible avec Dan Campbell.

Le General Manager Brad Holmes travaillant pendant la draft 2022. Source: detroitlions.com Jeff Nguyen/Detroit Lions

Tours 2 et 3: Profondeur et Potentiel

Avec le 46e choix récupérée dans l’échange avec les Vikings les Lions ont sélectionnés Josh Paschal, l’EDGE en provenance de l’université du Kentucky. Un deuxième EDGE a surpris une partie de la fan base des Lions mais ce choix rentre dans la logique de cette draft : apporter de l’aide a cette défense, et aucune unité est aussi importante pour une défense que la ligne défensive. Paschal à l’instar d’Hutchinson est un DLineman puissant, imposant et très versatile, il est capable de jouer EDGE (peut être pas 9Tech) mais il est aussi très bon quand il rentre intérieur pour jouer 3Tech. Il est explosif et puissant, c’est un as contre la course (leader ex-aequo en plaquages pour une perte depuis 2014 dans la conférence SEC) puis encore une fois il s’agit d’un véritable leader dans le vestiaire, premier joueur de l’histoire des Wildcats élu capitaine 3 fois de suite, il a aussi combattu un mélanome (cancer de la peau) en 2018.

Avec le 97e choix les Lions ont sélectionnés Kerby Joseph, Safety en provenance de l’université de l’Illinois. Joseph est un ancien WR au lycée devenu safety chez les Fighting Illini, il est devenu titulaire seulement lors de sa dernière saison universitaire mais il a brillé avec 5 interceptions (co-leader national) et 3 fumbles. Joseph apprend encore le poste mais montre de belles aptitudes à trouver le ballon dans l’air (son passif de WR l’aidant surement dans ce domaine) et une belle capacité de couverture. Il n’est pas vraiment apte à descendre dans la boîte, du moins c’est pas son fort. Joseph devrait commencer la saison en tant que 3e homme dans la rotation des safeties derrière Walker et Elliott avec le potentiel de devenir le partenaire de Walker à long terme.

James Mitchell célébrant une action de son équipe face à l’université de Pitt en 2019. Source: detroitlions.com Matt Bell/2019 The Associated Press

Tours 4, 5, 6 et 7 : Joueurs de Rôles

Avec le choix 177 les Lions ont sélectionnés James Mitchell, Tight End en provenance de l’université de Virginia Tech. Mitchell a fait de très belles saisons 2019 et 2020 pour les Hokies et était projeté comme un potentiel prospect du 3e tour au début de la saison 2021 avant de subir une rupture des ligaments croisés en septembre. Il est donc tombé dans le classement des prospects après une saison blanche et sa blessure, les Lions misent sur le fait qu’il reviendra à son niveau pré-blessure et pourra devenir un TE2 solide derrière Hockenson. L’absence d’un vrai TE2 a affaiblit l’attaque la saison passée, le joueur occupant se poste (Brock Wright) étant un rookie non drafté il était important d’apporter un joueur plus talentueux pour pouvoir diversifier l’attaque et jouer plus souvent avec du 12 personnel (2 TE).

Avec le 188e choix récupéré via un échange avec les Eagles (188 et 237 contre 181 le choix d’origine des Lions) Brad Holmes a sélectionné Malcolm Rodriguez, LB en provenance d’Oklahoma State. Rodriguez était le leader de la (très bonne) défense des Cowboys, c’est une machine à plaquages (130 plaquages en 2021) et un leader du vestiaire (capitaine en 2020 et 2021). Il est tombé dans la draft à cause de sa petite taille et de ses bras courts pour un Linebacker. Il devrait tout de suite être un joueur clé des équipes spéciales de Détroit et pourrait devenir un joueur de rotation en défense.

Avec le 217e choix les Lions ont sélectionnés James Houston IV, LB/EDGE en provenance de l’université de Jackson State une école de seconde division universitaire (FCS). Brad Holmes est un ancien étudiant d’une HBCU (universités traditionnellement noires), c’est un héritage qui lui tient a cœur, il avait dit qu’il donnerait une chance aux joueurs provenant de HBCU s’ils étaient assez talentueux pour mériter d’être sélectionnés, il a tenu sa promesse en prenant James Houston. Ancien LB off-ball à l’université de Florida, Houston a transféré à Jackson State pour jouer dans l’équipe du légendaire Deion Sanders où il s’est converti en EDGE. Houston apporte encore de la versatilité à la défense des Lions avec son passé de LB off-ball et d’EDGE, il commencera surement en tant que joueur de profondeur de banc avec le potentiel de rentrer dans la rotation défensive au fil de la saison.

Avec le 237e choix (leur dernier) les Lions ont sélectionnés Chase Lucas, CB d’Arizona State. Lucas est un joueur solide à son poste, il arrive avec beaucoup d’expérience après 5 saisons titulaires en universitaire, il est particulièrement âgé pour un rookie du haut de ses 25 ans ce qui fait de lui le 3e plus vieux CB de l’effectif derrière Amani Oruwariye (26 ans) et Mike Hughes (plus vieux d’un mois seulement). Il commencera surement en tant que CB réserviste et devra se faire une place dans l’effectif lors de la pré-saison.

Avec 6 joueurs sur 8 étants des joueurs à vocation défensive Brad Holmes et Dan Campbell ont fait part d’une stratégie d’ajouts de ressources précise, ils ont estimés que les Lions manquaient de talent en défense et ils se sont servi de la draft 2022 pour ajuster ce problème. En attaque le manque d’un véritable WR1 a aussi été comblé par la sélection de Jameson Williams. Finalement Campbell et Holmes peuvent espérer que cette cuvée de joueurs soit fondatrice pour l’avenir de la franchise.

source image : Josh Mandujano/Detroit Lions

Laisser un commentaire