11 minutes 2 mois

La reprise de la saison NBA approche, et avec elle de nombreuses interrogations, propres à chaque équipes. Chez les Pistons, quelques joueurs sont attendus au tournant, et parmi eux, le français Killian Hayes. A l’aube de sa troisième saison, le rôle du meneur est au cœur de l’attention. Il est donc judicieux de se demander quelle va-t-être la place du français au sein de l’effectif cette saison, avec en point d’orgue, le match contre les Bulls, à Paris.

Des qualités certaines, confirmées, et indispensables en NBA

La saison passée, le jeune français, 21 ans, a été utilisé dans de nombreux registres. En effet, certains matches ont été l’occasion de le voir associé à Cade Cunningham sur la ligne arrière, dans un schéma tactique à deux meneurs. Dans ce cas là, le ballon était le plus souvent dans les mains de Cade, et Hayes présent pour soutenir l’ancien d’Oklahoma State à la création, et de l’autre côté du terrain. C’est dans sa partie de terrain que les qualités du français font l’unanimité. Il possède une grande polyvalence et est capable de défendre aussi bien un meneur qu’un arrière ou un ailier, et même certains postes 4 de petit gabarit. Bien avantagé par son mètre 96, Hayes a montré qu’il savait tirer partie de son physique afin d’être un défenseur efficace sur l’homme, voire même pour jouer les interceptions sur les lignes de passes.

« L’important dans l’équipe, ce sont les objectifs collectifs, pas les objectifs personnels. (…) L’idée est de créer une vraie identité défensive, et c’est pourquoi les joueurs sont amenés à switcher tout le long des matchs » Killian Hayes, sur BeIn Sports.

Outre son rôle d’arrière/second meneur, Killian Hayes s’est souvent retrouvé en tant que sixième homme, en rotation de Cunningham. Dans ces situations, le créateur principal, c’était lui. Et c’est loin d’être ridicule. Doté d’une vision de jeu au dessus de la moyenne, Hayes possède également une vraie technicité. On retiendra par exemple une sublime passe behind-the-back pour Saddiq Bey démarqué dans un corner. Voilà les deux raisons qui font de Killian Hayes un joueur légitime à la grand ligue : un vrai sens de la passe, et une polyvalence défensive loin d’être anecdotique. Pourtant, certains axes restent à développer afin de passer un nouveau cap.

Des axes de progression importants, mais réalisables

Les critiques sur Kyllian Hayes sont connues de tous : un flagrant manque d’impact au scoring, que ce soit dans sa sélection de tirs, ou dans sa réussite. Effectivement, 7 points de moyenne sur ses deux premières saisons ne font pas du jeune meneur une menace offensive à proprement parler. D’autant plus que, dans de nombreuses situations, on l’a vu privilégier le jeu de ses coéquipiers plutôt que de tenter de noircir sa feuille de stats. Face à de nombreux tirs très ouverts, l’ancien joueur de Cholet a souvent cherché l’extra-passe. Certes, son sens du collectif est tout à son honneur, mais parfois, une attitude peut-être plus égoïste lui aurait permis d’augmenter significativement ses moyennes au scoring.

« J’ai préféré rester aux USA pour m’entraîner au lieu d’aller à l’Euro. Que ce soit à Detroit, à Miami ou à Los Angeles, nous avons fait beaucoup de pick-up games avec d’autres meneurs NBA (ndlr : Stephen Curry ou Colin Sexton par exemple). (…) Je sais que j’avais à travailler sur ma sélection de tirs, et sur mon efficacité. J’ai travaille sur l’aspect technique avec différents coachs, que ce soit sur le positionnement des pieds lors du tir, ou sur le timing, entre autres. » Killian Hayes, interview BeIn Sports et The Athletic

Outre la sélection, c’est également la capacité de Killian d’assurer une véritable régularité dans ses tirs qui est remise en question. Il possède évidemment d’autres atouts offensifs, indéniablement, ses capacités à finir en pénétration sont plus que solides. Mais le tir, c’est là le cœur des lacunes d’Hayes. Cependant, il ne faut pas oublier qu’à seulement 21ans, la marge de progression du joueur français reste importante. On ne parle pas là d’un vétéran, mais bien d’un diamant brut qui doit encore être poli. Avec les vétérans présents au sein des Pistons, Hayes apprendra, c’est sûr. Reste à savoir quel sera son rôle dans l’équipe.

Un rôle en question, mais assuré

Comme évoqué plus tôt, deux rôles étaient assurés par Hayes l’année passée : sixième homme, ou deuxième membre de backcourt aux côtés de Cade. Pour la saison à venir, l’arrivée de Jaden Ivey semble avoir changé les choses. Vu le manque de profondeur de l’effectif, Ivey devrait être titulaire aux cotés du first pick 2021. Étant donne que les deux joueurs sont des combo-guards, rôle qui convient également à Killian, on peut attendre une vraie rotation majoritairement autour de ces 3 joueurs.

Mais Killian Hayes sera sur le banc, comme lors de la seconde partie de la saison dernière. Et hormis lui, personne ne peut véritablement prétendre avoir les clefs de la second unit. Et c’est ce rôle qui semble être fait pour lui, celui d’un bon joueur de rotation, capable d’être envoyé en mission défensive sur les attaquants arrières adverses, mais aussi capable d’être un gestionnaire offensif efficace lorsqu’il aura le ballon en main.

Killian Hayes a tout pour enfin s’imposer comme un joueur NBA de haut niveau. Ses points forts sont reconnus, et ses points faibles sont en amélioration. Dans un trio d’arrières très prometteurs, il sera le joueur de rotation parfait pour Cunningham et Ivey. Le rôle de sixième homme sera son opportunité de se montrer efficace, consciencieux, et, pourquoi pas, de devenir un spécialiste dans ce domaine.

Source image : ville de Cholet, via Ouest France

Laisser un commentaire