6 minutes 1 mois

Les nuits se suivent et se ressemblent. Défaits une nouvelle fois la nuit dernière par Atlanta (112-136), les Pistons ont subi la quasi-totalité du match, sans solution pour inverser la tendance. La mauvaise dynamique collective se confirme.

La réelle question est de savoir s’il y a quelque chose de plus à dire par rapport aux derniers matchs. L’intensité défensive laissait clairement à désirer malgré une dureté plus visible dans le 3ème quart-temps, qui s’est cependant vite estompée (37-27 Hawks durant ces 12 minutes). La défense intérieure n’a clairement pas réussi sa mission de protection du cercle et du périmètre à mi-distance. Le premier rideau laissait aussi à désirer. Un duo Young-Murray punitif dans sa complémentarité qui a eu raison d’un backcourt encore trop peu expérimenté et en difficulté pour garder correctement son joueur en 1v1. Une défense collective basée sur le switch permanent qui n’est pas maitrisée, même si cela fait partie de l’apprentissage. Une adaptation adverse qui a permis d’effacer rapidement les défenseurs. Un simple écran suffisait pour libérer l’espace et le temps nécessaire afin de créer un tir ouvert, que ce soit au niveau du mid-range ou sur le périmètre (56.6% au tir dont 41.4 % à 3 points pour l’adversaire). Il y avait certes un peu de réussite mais ce n’est pas une excuse. « C’est la première soirée où je n’ai pas vu cette determination dans le secteur défensif (…) ils ont eu environ 57% de réussite au tir, ce qui montre ce manque de détermination » résume Casey durant son point presse. Il faut cependant noter la bonne protection de cercle du jeune Jalen Duren, qui laisse présager une amélioration future dans ce compartiment du jeu.

Offensivement, c’est une équipe vaillante que nous avons pu voir mais bien trop limitée collectivement. La dose de talent brut chez certains de nos joueurs (Cunningham-Ivey-Bey-Bogdanovic) permet de palier à certains blocages. Lorsque vient les moments de fatigue et un besoin de systèmes bien exécutés, cela a compliqué la chose. Des systèmes se concentrant principalement sur le talent de Cunningham pour créer son occasion ou sur un pick&roll porteur de balle/Stewart qui ne peut fonctionner indéfiniment. La défense adverse sait s’adapter et il faut alors redoubler de créativité, chose qui manque cruellement sur le plan collectif. Quelques séquences avec un mouvement de balle intéressant initié par Cunningham ou par des pénétrations réussies vers le cercle. Quelques flashs de la part d’Ivey en création dans la raquette ou sur les extérieurs qui donnent des occasions franches de scorer. Une connexion intérieure Cunningham-Stewart bien exécutée en se servant du danger que procurait Bogdanovic sur les extérieurs pour écarter la défense, trop rare néanmoins. Résultat, difficile de rentrer les tirs et une adresse poussive de loin, bien que certains ont bien été ouverts (43% au tir dont 21.9% à 3 pts). Il faut saluer la performance de Cade (35 pts – 9 rbds – 8 pds à 14/23 au tir), qui réalise son career-high.

La seule chose positive à retenir est l’expérience qu’engrange ce roster plein de jeunesse. Revoir Cade reprendre sa progression fait également du bien, on a pu voir le leader en devenir sur ce match. Prochain match demain à 23h00 contre… les champions en titre. Un bon test en somme.

Credit image : PAUL SYNACA, ASSOCIATED PRESS

Laisser un commentaire