5 minutes 4 semaines

En déplacement dans le Massachusetts cette nuit, le match des Pistons fût pour le moins imprévisible. Alors que d’habitude Cade porte son équipe pendant que la second-unit peine à trouver du rythme, cette fois ci c’était le total inverse. 

Ce premier match de la saison à Boston sera également celui qui représentera la pire match de la carrière de Cade Cunningham. Opposé à une équipe remplie de défenseurs renommés, le meneur de Detroit a subit un traitement cauchemardesque. Impossible pour lui de trouver du rythme et de retrouver ses habitudes sur le terrain. Auteur d’un triste 1/11 aux tirs, il n’a pas su avoir d’impact dans la création ni défensivement. Sans langue de bois, il est naturellement revenu sur sa prestation qu’il qualifie lui même d’une belle expérience. Il déclare en conférence d’après match : « C’était une soirée compliquée. Je n’ai pas joué au niveau que j’aurai voulu. Ils ont vraiment très bien défendu. J’ai l’impression d’avoir appris des choses ce soir. Je vais garder tout ça en tête, et je suis déjà pressé d’aller travailler. » Même si ce genre de prestation reste décevante, elle n’est pas pour le moins anormale. Après une deuxième partie de saison rookie de haut niveau, et un début de saison très mature, il était évident que Cade Cunningham ne serait plus traité de la même façon par les défenseurs. Cette crainte s’était déjà confirmée lors du deuxième match contre Milwaukee dans lequel Jrue Holiday avait maintenu le principal intéressé à seulement 10 points.

À l’opposé de la performance de Cade, c’est un autre meneur des Pistons qui s’est illustré. Pourtant habitué aux bulles et aux pourcentages ne dépassant pas les 20%, Killian Hayes a (enfin) répondu présent pour ce rendez-vous. Limitant ses intentions à la passe avec seulement une seul offrande, le Français s’est montré agressif et motivé. Drive, catch & shoot, isolation, il a pu profiter d’une palette offensive variée pour surprendre la défendre de Boston a plusieurs reprises. Moteur de la second-unit aux côtés d’un Jaden Ivey inspiré (19 points), ce back-court a maintenu l’espoir durant une grande partie du match.

Cependant, un duo de superstars composé de Tatum et Brown n’a laissé aucune chance à Detroit. Multipliant les isolations lors de la seconde période, leur talent s’est traduit en victoire aisée en cumulant 61 points à 21/39 aux tirs. Les 24 poins de Sam Hauser ont aussi été une belle épine dans le pied des Pistons qui n’ont pas pu contenir autant de menaces offensives. Encore une fois, Detroit s’incline en encaissant plus de 120 points, la sixième fois en douze matchs.

Crédit image : Brian Fluharty-USA TODAY Sports

Laisser un commentaire