6 minutes 3 semaines

Après deux défaites, dont une contre l’adversaire de la soirée, les jeunes Pistons avaient cœur à retrouver le chemin de la victoire. Au cours d’un match âprement disputé, c’est le talent qui a fait la différence.

L’absence de Cade Cunningham s’est ressentie en toute fin de match. Les solutions collectives manquaient pour pouvoir faire peur à des Celtics plus que maladroits dans leur sélection de tirs (42.9% au tir, 39/91). Les Pistons n’étaient pas des plus adroits également (41.9% air tir, 37/89) malgré une certaine adresse de loin, ce qui a pu aider l’équipe à se maintenir (42.1% à 3 pts). L’apport de Stewart dans ce registre se confirme d’ailleurs (2/4 à 3 pts). Cependant, l’inexpérience de Detroit provoque trop de turnovers qui vont amener des points en transition pour Boston (14 points contre 5 pour les Pistons).

Offensivement, les mêmes défauts collectifs se sont faits sentir. Peu ou pas de mouvement de balle. Une animation très en deçà de ce que l’on pourrait attendre en NBA (23 passes décisives sur le match entier). Une tendance à laisser le talent pur primer sur le collectif. Le retour de Marvin Bagley, censé redonner un coup de fouet sur le plan offensif, n’a pratiquement rien amené si ce n’est quelques points (4 pts, à 2/5 au tir) et beaucoup d’errements défensifs. Le potentiel d’Ivey s’est immédiatement vu, notamment le profil triple scoreur qui donne de quoi être optimiste à la fanbase de Detroit (26 points, 4/6 à 3 pts). L’avoir balle en main a permis d’accélérer le jeu et de trouver quelques failles dans la défense de Boston. L’apport de Bogdanovic fait énormément de bien (28 pts) et permet de soulager Ivey de son rôle offensif.

La performance à retenir est celle de Killian Hayes, très en confiance dans ce match. Cette même confiance que l’on a retrouvé au précédent match contre ces mêmes Celtics. « Killian joue avec confiance et ça fait la différence. La confiance qu’il a déteint sur nous et nous permet de mieux jouer » confiait Ivey durant l’interview de la mi-temps. Cela s’est confirmé car les Pistons ont continué à regarder les trèfles dans les yeux durant une bonne partie du match. Le meneur finit avec une performance plus que complète, ce qui pourrait lui redonner confiance après un début de saison très difficile (15 pts – 6 rbds – 7 pds, 3/6 à 3 pts).

C’est finalement le talent de Tatum qui prend le dessus sur une défense pourtant plus solide que les dernières fois et avec un meilleur contrôle des rebonds (50-42 pour Motown). Il sera retenu le potentiel d’Ivey à devenir spécial, la confiance d’Hayes qui lui permet d’être plus incisif et la place de Stewart qui se précise de plus en plus dans le 5 majeur. Prochain arrêt à Toronto, dans la nuit de lundi à mardi, à 1h du matin !

Crédit photo : Carlos Osorio/AP

Laisser un commentaire