5 minutes 2 mois

En plus de la victoire des siens face à Dallas, le Français performe au sommet de son art pour faire taire les doutes autour de lui une bonne fois pour toute. Important des deux côtés du terrain, cette victoire marque le point d’orgue de son momentum actuel.

Et pourtant, la première période n’allait pas forcément dans ce sens là. Durant les douze premières minutes, c’est surtout le collectif des Pistons qui s’opposent à un Luka Doncic intenable. Avec Hayes à la création, ce sont Bagley et Bogdanovic qui s’occupent de noircir la feuille de stats. Lui aussi en confiance depuis son retour de blessure, Marvin Bagley prend le meilleur sur Powell puis Kleber, incapable de le tenir. Profitant des marques qu’Isaiah Stewart se construit au poste 4, la paire d’intérieur se montre complémentaire et efficace. La balle trouve un bon rythme entre intérieur et extérieur, et le spacing se montre enfin efficace. 15/35 de loin pour Detroit qui score 131 points contre 125 pour Dallas.

Le match s’est aussi joué tactiquement. À ce jeu là, Dwane Casey a fait parler son expérience afin de donner à son homologue une leçon. Choisissant de faire sortir Bey et Ivey du banc en compagnie de Jalen Duren, Jason Kidd ne trouvera aucune solution et tentera même un zone 2-1-2 à laquelle Ivey répondra par des drives faciles. Alors que le troisième quart s’est joué entre Bogdanovic et Doncic qui enchaînent les runs, le quatrième sera celui d’un joueur : Killian Hayes

Étouffant sur Luka, distributeur du jeu, mais surtout clutch, Killian Hayes sera le héros de ce match. Après une fin de régulière poussive et quelques mauvaises possessions des Pistons, les Mavs parviennent à arracher une prolongation. Ces cinq dernières minutes ont été théâtre d’un Killian Hayes magistral, qui ponctuera son match de deux tirs à trois points contestés qui finissent en ficelle. Très heureux de sa prestation, le Français s’est livré en conférence d’après match : « Ça fait du bien d’être dans un période dans laquelle les choses marchent bien pour moi. Quand je ne tirais pas bien, je me disais toujours que le prochain sera le bon. J’ai cet état d’esprit depuis mes débuts en NBA ».

Un état d’esprit qui lui permet d’enfin être validé par une fan base des Pistons qui se montraient souvent très inquiète à son sujet, et qui fait du bien à l’équipe en durant l’absence toujours sans nouvelle de Cade Cunningham.

Crédit image : Sipa/Carlos OSORIO

Laisser un commentaire