7 minutes 2 mois

Le défenseur Suédois de 28 ans revient pour Daily Motown sur son parcours en NHL. Arrivé dans la grande ligue en 2017, il gagnera la Coupe Stanley avec Washington. Passé rapidement par Anaheim, c’est à Detroit qu’il terminera son aventure nord-américaine avant de signer en Suisse.

Christian, vous avez quitté votre club formateur de Brynäs IF pour l’Amérique du Nord et la franchise des Washington Capitals. Quelles sont les différences entre le hockey européen et nord-américain ?

Il y a des différences, c’est certain. En Europe, la glace est plus grande donc tu passes plus de temps avec et sans le puck. Il faut s’adapter et le jeu est plus rapide en Amérique du Nord. Cependant, dans les deux cas, c’est le haut niveau.

Dès votre première année avec Washington, vous remportez la Coupe Stanley. Que ressentiez-vous au moment de soulever la Coupe Stanley ?

C’était incroyable. C’est quelque chose dont tu rêves quand tu es enfant et de réussir à la gagner… c’était une expérience folle.

Le match 5 de cette finale était à Vegas, la pression devait être palpable…

Oui, c’était à Vegas et remporter le match avec sa famille dans les tribunes, c’était une expérience assez incroyable.

A Washington, vous avez joué avec un certain Alexander Ovechkin, comment était-ce ?

Il est une superstar, c’est un joueur que le monde entier connaît. C’est très spécial de jouer avec ce genre de joueur qui sont des futurs « Hall of famers ».

Et comment est-il dans un vestiaire ?

C’est vraiment un bon gars ! C’est un très bon coéquipier, il n’est pas capitaine pour rien et c’est super de le côtoyer durant plusieurs mois.

Vous avez ensuite été échangé à Anaheim, comment s’est passé l’échange ?

Cette saison, je jouais beaucoup avec Hershey (ndlr. Hershey Bears, équipe de AHL affiliée aux Capitals) et on sentait qu’un échange pouvait arriver. Finalement, l’échange à eu lieu à la deadline et je suis parti pour Anaheim. C’était bien de porter le maillot des Ducks même si c’était pour 9 matchs à cause de l’arriver du Covid-19.

Après ce court passage à Anaheim vous arrivez à Detroit, comment se fait-il ?

Je suis passé par le ballotage et j’ai reçu un appel des Red Wings m’expliquant qu’il m’avait choisi. J’étais très excité à l’idée de jouer pour Detroit et vraiment heureux d’avoir eu cet appel.

Vous avez donc travaillé avec Steve Yzerman, comment est-ce que cela s’est passé ?

C’est quelqu’un de bien et je pense qu’il fait du bon travail. Cela n’a duré qu’une saison mais pour avoir parlé avec lui à plusieurs reprises, je pense que les Red Wings sont entre de bonnes mains.

Et justement, le futur à Detroit. Les Red Wings peuvent-ils aller chercher une Coupe Stanley dans quelques années ?

Oui, je pense qu’ils ont un très bon avenir avec beaucoup de jeunes joueurs très talentueux qui seront dans la ligue pour de nombreuses années. J’espère pour eux qu’ils pourront remporter la Coupe.

Comme pour Ovechkin, quel est votre avis sur Dylan Larkin ?

C’est un très bon capitaine. C’est un super gars, il prend soin de son équipe et il se donne du mal pour que chacun se sente bien dans le vestiaire.

Est-ce qu’il y a des différences entre jouer pour les Red Wings ou une autre équipe ?

Chaque équipe est différente mais il est vrai que de jouer pour les Red Wings en tant que Suédois lorsque l’on connaît l’histoire des Suédois à Detroit, c’était vraiment un honneur.

Pour terminer, que retirez-vous de cette saison 2020-2021 à Detroit ?

J’étais très heureux d’être à Detroit, c’était un honneur de jouer pour les Red Wings et de vivre dans cette ville.

Crédit image : Gregory Shamus

Laisser un commentaire