11 minutes 4 semaines

Titulaire logique cet automne grâce à ses performances de la saison passée, Saddiq Bey a vu son rôle être drastiquement modifié fin novembre, devenant sixième homme de l’équipe. Un choix fort de Dwane Casey qui s’avère payant sur le court terme.

Un banc à l’agonie

Dans ce début de saison catastrophique des Pistons, les titulaires ne sont pas les seules sources de déceptions. Le banc a connu des périodes très difficiles et a largement contribué aux blow outs infligés en pagaille à l’équipe du Michigan. Plusieurs facteurs sont entrés en jeu, notamment une défense inexistante et un manque d’envie certain. Mais des blessures, dont celles de Marvin Bagley III et Alec Burks, ont décalé les rotations. Il a également fallut attendre que Killian Hayes commence sa saison, alors que tout le monde l’imaginait en Chine début novembre. Tous ces facteurs ont rendus la second unit fantomatique sur les parquets. Des automatismes étaient à trouver pour les nombreux joueurs arrivés cet été. Mais la NBA ne se repose pas et les sanctions sont rapidement tombées, faisant du banc de Detroit l’un des pires de toute la Ligue. Contraste : sur le mois de novembre, les remplaçants sont premiers en attaque et dernier en défense.

Un déséquilibre s’est rapidement fait sentir au sein des rotations et ce n’est pas le cinq majeur qui allait changer cela. Que ce soit avec ou sans Cade Cunningham, les titulaires de Detroit étaient parmi les plus inefficaces de NBA, aussi bien en attaque qu’en défense. Un meneur en méforme, un arrière rookie, et un pivot trop exposé entouraient une paires d’ailiers très ciblée par son manque de complémentarité et de défense. L’inconstance de Saddiq Bey et le trop peu d’efforts défensifs fournis n’ont pas réussi à épauler Bojan Bogdanovic, l’arme offensive principale de l’équipe sur ce début de saison. Ainsi, les Pistons ont enchaîné les humiliations et rapidement sombré dans les profondeurs de la conférence Est. Construite ainsi, Detroit s’est retrouvée à cinq victoires et dix-huit défaites au 1er décembre. L’un des pires démarrages de l’histoire de la franchise.

Saddiq Bey sixième homme

Fin novembre, Dwane Casey décide d’abandonner la paire Bey/Bogdanovic et de placer l’ancien de Villanova sur le banc. Une situation quelque peu similaire à celle que Cade Cunningham et Killian Hayes ont connu l’année dernière. À sa place, c’est le jeune Jalen Duren qui devient titulaire au poste de pivot, décalant Isaiah Stewart en 4 et Bojan Bogdanovic en ailier. Killian Hayes devient également meneur titulaire en l’absence du numéro un de draft 2021.

Si ces changements n’ont pas fait de Detroit un contender pour le titre, ils ont néanmoins l’honneur d’en faire une équipe de basketball. Avec Saddiq Bey dans la second unit, le banc des Pistons est plus qualitatif pendant que le cinq majeur gagne un peu en défense. Malgré une inconstance toujours aussi présente dans ses performances, le jeune ailier a tout de même augmenté ses pourcentages. Avec des tirs qui lui sont plus ouverts, il a également pu réaliser son season-high à 28 points dans la dernière victoire face à Orlando. Depuis que Saddiq Bey est sixième homme, les humiliations se font moins fréquentes. Bien sûr, les débuts d’Alec Burks sous la tunique bleu et rouge ont eu un impact. Mais le nouveau rôle de Saddiq Bey équilibre les rapports de forces. Detroit se retrouve ainsi avec un bilan de cinq victoires et onze défaites sur le mois écoulé. L’équipe possède (et de très loin), le banc le plus redoutable offensivement, sur les 30 derniers jours mais aussi sur l’entièreté de la saison. Un début de recette semble être trouvé. Mais avec une défense aussi honteuse, Detroit est globalement l’un des banc les moins efficaces de toute la NBA, ce qui explique cette quinzième place de la conférence Est, en plus de la pauvreté du roster.

Trouver le rythme

Même si son temps de jeu et ses statistiques ont globalement baissé depuis qu’il est sixième homme, Saddiq Bey se montre néanmoins plus précieux sur le terrain. Son plus/minus remonte la pente, ce qui signifie que son impact sur le jeu est meilleur. Mais l’ancien de Villanova doit maintenant fournir de gros efforts défensifs pour espérer enchaîner les performances et trouver du rythme dans cette saison compliquée des Pistons. L’équipe a besoin de lui et il n’est clairement pas au niveau auquel nous l’attendions sur le début de saison. Avec un potentiel départ de Bojan Bogdanovic d’ici la trade deadline, Saddiq Bey retrouverait logiquement sa place de titulaire sur l’aile. Mais cela pourrait s’avérer défavorable pour lui et l’équipe, qui serait encore plus exposée défensivement et moins létale en attaque. Detroit doit s’assurer de terminer la saison avec cette stratégie, pour au moins créer quelques automatismes et définir des rôles.

Une chose est sûre, Dwane Casey fait confiance à Saddiq Bey. Il n’hésite pas à le laisser sur le terrain en fin de match, dans certaines situations. Cette tactique s’est avérée efficace contre Golden State, avec un game winner planté à la dernière seconde du match par notre sixième homme. Une action qui va peut-être enfin lancer la saison de Saddiq Bey. Depuis qu’il est sur le banc, son rôle est beaucoup plus flou, à l’image de l’équipe. Difficile donc de créer une dynamique dans ces conditions. Saddiq Bey sixième homme ne semble pas être un geste acté définitivement, mais plutôt un pansement pour terminer la saison avec dignité et ne pas décourager les jeunes. Même si le cinq majeur actuel est plus plaisant à regarder, il n’est pas suffisamment satisfaisant pour faire apparaître cette nouvelle tactique comme un coup de génie de Dwane Casey. Le retour de Cade Cunningham pourrait apporter de nouvelles réponses. Mais il faut attendre l’année prochaine et, en attendant, anesthésier le coup de poignard que représente cette troisième saison du projet Troy Weaver.

Credit image : Chris Schwegler / NBAE

Laisser un commentaire