6 minutes 4 semaines

Match en prime time européen, Detroit reçoit les Sixers privés de Joel Embiid. Alors qu’ils auraient pu profiter de cette absence pour renverser leurs invités, les Pistons ont livré une performance pauvre en intensité et se sont fait balayer sans difficultés.

123-111, un écart de points plutôt faible qui ne traduit pas la dynamique de la rencontre. Les Sixers ont pris l’avantage dès le début et ne l’ont jamais lâché. Un James Harden en chef d’orchestre a mené son équipe en posant un triple-double sans jamais donner l’impression de forcer. C’est là tout ce qui se dégageait de cette rencontre entre les deux équipes. Les hommes de Doc Rivers jouaient avec calme, profitaient des nombreuses erreurs défensives de leurs adversaires, pour certaines inadmissibles au niveau NBA, et déroulaient avec une telle facilité qu’ils avaient l’air de trottiner sur le terrain. De leur côté, les Pistons ont montré une adresse plutôt correcte, et c’est à peu près tout ce qu’il y avait à sauver dans leur partition. Les joueurs semblaient perdus, uniquement intéressés par les points, laissant trop souvent d’immenses espaces libres, se passant la balles avec une mollesse déconcertante (résultat des courses : 22 turnovers) et oubliant parfois de sécuriser des rebonds. « Ils jouent pour le titre, et nous nous tirons dans le pied. 22 pertes de balle, c’est autant qu’au dernier match. » déclare Dwane Casey. L’absence de Jalen Duren s’est faite ressentir, les failles observées au rebond et en défense sont bien plus rares quand il se trouve sur le terrain et sa présence aux côtés de Stewart aurait sans doute permis de mieux limiter Montrezl Harrell. « Nous avons levé le pied de la pédale, nous étions perdus défensivement et avons offert des points faciles. » commente le numéro 28 des Pistons.

Un seul joueur s’est démarqué de façon significative pour Detroit : Killian Hayes (à noter quand même la bonne performance de Stewart, 20 points et 13 rebonds). Le français jouait un match différent de celui de ses coéquipiers; appliqué des deux côtés du terrain, il a réalisé une performance de haut niveau qui s’est ressentie tant dans les stats, 26 points, 4 rebonds, 6 assists, 3 interceptions et un contre à 65% aux tirs et 50% à trois points, que dans le jeu. Le jeune meneur a été le seul à lutter de façon sérieuse en défense et n’a pas hésité à prendre ses responsabilités en attaque malgré de grosses défenses parfois présentes sur son dos. « Il joue avec une quantité impressionnante de confiance en ce moment » confie le coach des Pistons. Dans son duel de gauchers avec Harden et Maxey, Hayes s’est montré à la hauteur mais trop esseulé pour réaliser quelques différences. Les role players des Sixers ont tous répondu présents, chacun dans leur registre, et ont tous ensemble enterré une équipe de Detroit qui semblait déjà avoir la tête à un autre match.

Rematch ce soir, les Pistons auront une revanche à prendre dans une rencontre où ils devront montrer une chose primordiale qui leur a manqué hier soir : de l’orgueil.

Source image : AP Photo/Carlos Osorio

Laisser un commentaire