7 minutes 4 semaines

Les Pistons étaient à Philadelphie hier soir pour affronter la bande de Joel Embiid. Avec une équipe remaniée à cause de nombreux absents, les joueurs de Dwane Casey nous ont offert une bien triste prestation avec une défaite 147-116.

Après avoir perdu le match à la maison quelques jours plus tôt, les Pistons se sont rendus au Wells Fargo Center en oubliant d’emporter leur volonté de revanche. Avec les absences de Bojan Bogdanovic, Isaiah Stewart et Jalen Duren, Dwane Casey a innové pour la composition d’équipe. Saddiq Bey et Kevin Knox titulaires sur les ailes avec Nerlens Noel au pivot. Le backcourt est resté inchangé avec la paire Hayes/Ivey en maîtres à jouer. Mais en face d’eux, les Sixers ont retrouvé une équipe complète, une première depuis le mois d’octobre. Absent lors du match de dimanche, Joel Embiid a cette fois pu s’amuser dans une raquette déserte et se remettre en jambe après avoir manqué plusieurs matchs.

Malgré un premier quart-temps désastreux des Pistons, le score est resté serré (27-20 Sixers), à cause d’un manque d’adresse des hommes de Doc Rivers sur ces douze premières minutes. Mais dans le second quart-temps, Philadelphie réalise rapidement le break, poussé par l’envie de remonter au classement avec leur équipe en forme. Résultat : un écart de presque 25 points à la mi-temps (65-43). Au delà du score, la prestation des Pistons laisse un sentiment de honte absolue. Une équipe fantomatique qui donne l’impression de jouer ensemble pour la première fois, alors que la mi-saison est passée. Collectivement, rien ne se produit et l’absence de schéma de jeu, offensif comme défensif, empire les choses. Bien sûr, la présence de Joel Embiid dans la raquette a dissuadé, à plusieurs reprises, les Pistons de jouer en pénétration. Mais c’est la défense toute entière qui, sans forcer, a fait déjouer les hommes de Dwane Casey, les poussant à prendre des trois points difficiles. De l’autre côté du terrain, les prestations n’ont pas été meilleures. À tour de rôle, Joel Embiid, James Harden, Tobias Harris et Tyrese Maxey ont assommé Detroit, provoquant au passage un grand nombre de faute et de lancers. Les Sixers ont profité de la vitesse de leur meneur sur contre-attaque, situations dans lesquelles les Pistons ne réalisaient aucun repli défensif. À la mi-temps, James Harden était déjà presque en triple-double. Il le réalisera finalement dans le troisième quart-temps, terminant à 16 points, 12 rebonds et 15 passes en 26 minutes, pendant que Joel Embiid enregistrera 36 points et 11 rebonds en 24 minutes, dans une soirée très difficile pour Nerlens Noel.

Killian Hayes, pourtant étincelant lors du dernier match contre Philadelphie, n’a tout simplement rien pu faire cette fois-ci, muselé par la défense des Sixers. Si Saddiq Bey, Jaden Ivey, Rodney McGruder et Alec Burks se sont partagés la gonfle avec plus de 15 points chacun, le jeu collectif était pourtant aux oubliettes, tout comme l’adresse au tir (40 % contre 60 % pour les Sixers). Avec une telle équipe, aucun exploit individuel n’était possible, même si Jaden Ivey a tenté de mettre du dynamisme dans ce match, bien qu’il se soit souvent empalé dans la défense des Sixers. Les scoreurs comme Saddiq Bey ou Alec Burks ont respectivement terminé à 4/14 au tir dont 0/6 à trois points et 5/13 au tir dont 1/5 à trois points.

La mi-temps n’a pas servi de réveil pour les jeunes Pistons. L’écart de points est monté à 40 dans le troisième quart-temps. Le match s’est alors transformé en véritable All-Star Game pour Philadelphie, qui a tranquillement terminé son match sans James Harden dans le quatrième quart-temps, laissant les Pistons revenir un peu au score. Mais l’humiliation est totale et nous pousse, une nouvelle fois, à pointer Dwane Casey qui ne semble apporter aucune construction tactique ni aucun jeu collectif. L’absence du frontcourt habituel se fait déjà sentir, mais le cinq majeur pourrait être similaire ce soir, dans le back-to-back contre Minnesota.

Credit image : Jesse D. Garrabrant / NBAE

Laisser un commentaire